ePrivacy and GPDR Cookie Consent by Cookie Consent Fréquence médicale

Coqueluche : une toux traînante potentiellement grave

Publié le 19.12.2018
Mise à jour 19.12.2018
Mots-clés :
Coqueluche : une toux traînante potentiellement grave
LeManna/iStock

La coqueluche est une infection respiratoire bactérienne très contagieuse à l’origine de quintes de toux rebelles. Longtemps considérée comme une maladie de la petite enfance, la coqueluche peut désormais être sévère à tout âge.

Coqueluche : COMPRENDRE

Des mots pour les maux
Une « quinte de toux » est une série d’expectorations convulsives

Qu'est-ce que la coqueluche?

La coqueluche est une maladie respiratoire très contagieuse causée par une bactérie : Bordetellapertussis. Cette affection provoque des « quintes de toux », qui en l’absence de traitement, peuvent se prolonger pendant plusieurs semaines.
Elle se transmet très facilement, par voie aérienne(gouttelettes de salive lorsque le malade tousse, éternue ou parle). La coqueluche se développe par petites épidémies, surtout à l’intérieur d’une même famille ou au sein de collectivités. La contagiosité est maximale durant la première semaine de la maladie. Elle dure trois semaines en l’absence de traitement, mais seulement cinq jours après le début d’une antibiothérapie efficace. Dans les pays où les enfants n’ont pas été vaccinés, la transmission se fait d’enfants à enfants. En revanche, dans les pays où les enfants sont vaccinés depuis des décennies, comme la France, la transmission se fait maintenant d’adultes ou d’adolescentsà nourrissons.
La maladie peut parfois devenir grave chez certaines personnes fragiles : femmes enceintes, personnes âgées, nourrissons de moins de six mois. Chez ces derniers, la coqueluche peut donner lieu à une hospitalisation (le séjour à l’hôpital doit être systématique pour les nourrissons de moins de trois mois).
La coqueluche ne confère pas une immunité à vie et il est possible de la contracter plusieurs fois dans sa vie. Pour ces raisons, la bactérie qui cause cette affection continue de circuler, et la disparition complète de la maladie n’est pas envisageable actuellement.
Néanmoins, son contrôle est rendu possible par la vaccination et le traitement préventif des patients et de leur entourage. Le nombre de cas a très fortement baissé depuis l'introduction du vaccin.

Quelssont les signes de la coqueluche ?

Les premiers signes de la coqueluche surviennent 2 semaines après la contamination parun simple rhume avec écoulement nasal (« rhinorrhée »), isolé ou accompagné d’une légère fièvre, qui dure une dizaine de jours.
Puis apparaît une toux banale, mais qui va persister et évoluer vers des « quintes de toux ». Chez les bébés, la toux est parfois absente. Au bout d’une semaine ou deux, la toux se transforme en quintes de toux répétées et sévères, suivies d’inspirations difficiles et bruyantes, surtout la nuit,ou des apnées ou accès de cyanose, ou encore des vomissements survenant après les quintes.
Les accès caractéristiques de quintes de toux sont soudains, violents et répétés, avec des « spasmes » (secousses) lors de l’expiration, qui empêchent l’inspiration. La respiration devient donc globalement difficile. Le visage devient bouffi, rouge ou bleuté et la toux peut causer un éclatement des petits vaisseaux situés autour des yeux. Ils forment alors comme de petites tâches rouges sur la peau (« pétéchies »). Des vomissements surviennent souvent après les quintes chez l’enfant. En fin de quinte, la respiration reprend par une grande et longue inspiration, accompagnée de l’émission d’un son aigu (appelé « chant du coq »). Le malade émet avec difficulté un crachat clair et épais. L’enfant tousse en tirant la langue et devient rouge, voire bleue à cause du manque d’oxygène. Il mange peu, maigrit et peut se déshydrater.
La toux ne s’accompagne pas de fièvre ni d’autres signes respiratoires. Entre chaque quinte, le malade n’a aucun signe. La toux régresse lentement pendant la phase de convalescence, qui peut durer 4 à 6 semaines.
Chez les adolescents et les adultes, la coqueluche se résume souvent à une toux persistante, fatigante, qui fragilise les personnes âgées ou les sujets en mauvaise santé. Cette affection peut en effet provoquer une toux sans cause évidente, mais qui persiste et s’aggrave au-delà d’une semaine.

Quelles sont les complicationsde la coqueluche?

La coqueluche peut devenir grave, surtout chez le nourrisson où elle se complique parfois de convulsions, de troubles cardiaques ou de difficultés respiratoires.
La coqueluche est particulièrement dramatique, voire mortelle, pour les nourrissons de moins de 6 mois et les personnes à risque telles les femmes enceintes et les personnes âgées.
Chez la femme enceinte, les quintes de toux provoquent parfois des contractions utérines. Si la contamination de la mère a lieu après la 30ème semaine de grossesse, il existe un risque de transmission de la maladie de la mère vers l’enfant, par voie respiratoire. Un traitement antibiotique peut alors être prescrit avant l’accouchement pour réduire ce risque de transmission.

Coqueluche : DIAGNOSTIC

Quand faut-il évoquer une coqueluche?

La coqueluche doit être évoquée chez l’enfant et chez l’adulte devant une toux sans cause évidente, mais qui persiste et s’aggrave au-delà d’une semaine.
La coqueluche ne confère pas une immunité à vie et il est possible de la contracter plusieurs fois dans sa vie.

Comment diagnostiquer une coqueluche?

Devant des signes de coqueluche (tableau typique, apparition d’une toux trainante ou en cas de fièvre avec écoulement nasal après un contact avec une personne malade), il est indispensable de consulter son médecin traitant. 
Le diagnostic est le plus souvent clinique, mais le médecin traitant confirmera le diagnostic par des examens complémentaires (prélèvementsnasopharyngées, analyses de sang). Les seuls diagnostics biologiques remboursés sont l’isolement de la bactérie ou la détection de son matériel génétique par PCR à partir d’une aspiration ou écouvillonnage nasopharyngé.

Quand faut-il consulter un médecin ?

Devant des signes évoquant une coqueluche (essentiellement l’apparition d’une toux trainante ou en cas de fièvre avec écoulement nasal après un contact avec une personne malade), il est essentiel d'obtenir un diagnostic exact. En effet, il est important que toute personne ayant contracté la maladie puisse recevoir un traitement adapté et évite d'être en contact avec de jeunes enfants ou des personnes insuffisamment vaccinées durant la période où la maladie est contagieuse.
Il faut consulter son médecin traitant ou son pédiatre quand :
• L’enfant a moins de six mois et tousse.
• Les parents et l’enfant souffrent d’une toux qui persiste plus de sept jours, s’aggrave et survient en quintes avec spasmes.
• Les parents et l’enfant ont été en contact avec quelqu'un qui a la coqueluche et que les vaccinations ne sont pas à jour.
Les situations oùil faut voir un médecin en urgence concernent surtout les enfants, et particulièrement les nourrissons :
• En cas de signes de gravité lors des quintes de toux : extrémités des doigts et pourtour de la bouche bleutés.
• Si l’enfant interrompt sa respiration même pendant de courts instants ou bien les quintes rendent sa respiration difficile ou rapide.
• Si l’enfant semble léthargique (endormi).
• Si l’enfant a des convulsions (tremblements du corps persistants qu’on ne peut arrêter) ou des malaises.
• Si l’enfant refuse de boire, vomit et présente des signes de déshydratation.
• Si l’enfant a beaucoup de fièvre.
• Si l’enfant paraît faible.

Coqueluche : TRAITEMENT

Que faire en cas de coqueluche?

Il faut humidifier l’air du logement afin de favoriser l’évacuation du mucus (l’air sec a tendance à aggraver la toux). Pour les mêmes raisons, il faut limiter la température à 19-20°C dans la chambre où dort la personne malade.
Il faut arrêter de fumer et/ou éviter d’exposer son enfant à la fumée de sa cigarette (tabagisme passif) pour ne pas accentuer la toux. Il est préférable de ne pas fumer du tout au domicile, y compris dans les pièces autres que celle où se trouve le malade. De la même façon, il faut éliminer les autres facteurs déclencheurs de la toux : aérosols, vapeurs de produits ménagers, poussière…
Il faut boire beaucoup pour se réhydrater (surtout en cas de vomissements) et faire boire souvent à son enfant de petites quantités d’eau.
Il faut donner fréquemment à son enfant de petites quantités de nourriture pour éviter la dénutrition.
Avant et après l’avoir nourri, il faut maintenirson enfant en position verticale pour réduire les régurgitations et vomissements. Cette position l’aidera aussi à mieux respirer.
Si le nez de l’enfant est obstrué, il faut pratiquer des lavages de nez et l’inciter à se moucher.
Il faut informer la crèche, la nourrice, l’établissement scolaire de l’enfant, ou son lieu de travail, afin que des mesures de prévention puissent être prises. Parallèlement, il faut rester chez soi et garder son enfant à domicile pendant cinq jours après le début du traitement antibiotique. Durant cette période, il faut aussi éviter tout contact avec les nourrissons et les personnes insuffisamment vaccinées.

Quel est le traitement de la coqueluche ?

Un antibiotique est prescrit au malade, afin qu’il ne soit plus contagieux pour son entourage.
L’antibiotique de choix est le plus souvent un macrolide : il élimine la présence de la bactérie dans les sécrétions, ce qui diminue ainsi les risques de contamination.
L’antibiothérapie est préconisée pour toutes les personnes de l’entourage proche du malade quelque soit leur âge et si elles n’ont pas reçues de rappel vaccinal dans les cinq dernières années.
L’antibiotique a peu d’effet sur l’évolution des signes et en particulier de la toux. Des antitussifs peuvent être essayés mais n’ont pas une grande efficacité et peuvent aggraver l’encombrement respiratoire.
Une hospitalisation est nécessaire pour les nourrissons de moins de six mois qui peuvent s’étouffer en toussant.
Dans certains cas particuliers, le médecin peut prescrire un traitement préventif aux personnes qui ont été en contact avec l’enfant malade. Cette mesure est importante pour les personnes de l’entourage qui présentent un risque de développer des complications, comme les enfants non vaccinés, les femmes enceintes, les adultes non vaccinés ou les personnes souffrant de déficit immunitaire. Ces traitements peuvent consister en l’administration d’un vaccin, d’immunoglobulines (des anticorps contre la maladie) ou d’antibiotiques.

Coqueluche : PREVENIR

Comment prévenir la coqueluche?

La généralisation de la vaccination contre la coqueluche a entraîné une chute importante du nombre de cas depuis les années 1960. Néanmoins, depuis les années 1990, on observe une recrudescence de la maladie. En effet, à l’inverse de nombreuses maladies infantiles, il est possible d’avoir plusieurs fois la coqueluche durant sa vie. De plus, même si le vaccin est efficace, l’immunité obtenue ne dure qu’une dizaine d’années. Ainsi, les adultes et les adolescents qui ont perdu leur immunité peuvent être atteints et contaminer les nourrissons non encore protégés par la vaccination.
En France, la vaccination des enfants est recommandée dès l’âge de deux mois. Le calendrier vaccinal consiste en trois injections à 2, 3 et 4 mois avec un vaccin anticoquelucheux associé aux vaccins antitétanique, antidiphtérique, antipoliomyélitique, anti-Haemophilus b et suivant les cas anti-hépatite B.
Les rappels ont été fixés à 16-18 mois, 11-13 ans et 27-28 ans.
De plus, un rappel est recommandé chez les tous les adultes n’ayant pas eu de vaccination anticoquelucheuse depuis 10 ans avec un vaccin combiné aux vaccins tétanique, diphtérique et poliomyélitique.
En raison de la modification du risque de contamination, un rappel tardif à 11-13 ans est recommandé depuis octobre 2004 pour tous les adultes se trouvant dans l’entourage d’un nouveau-né (les jeunes parents, les grands parents, les nourrices…), les adultes à risque, les personnels de santé et les personnels travaillant en collectivité, en particulier dans les établissements de nouveau-nés ou de personnes âgées.
Ces rappels ont pu être introduits grâce à la mise sur le marché, de vaccins « sous-unitaires » ou « acellulaires » (c’est-à-dire composés de protéines bactériennes inactivées) adaptés au nourrisson, à l’adolescent et à l’adulte. D’autres pays, tels l’Allemagne, l’Autriche, l’Australie, le Canada, les Etats-Unis, ont décidé de faire de même.
Le vaccin contre la coqueluche est pris en charge par l’Assurance Maladie à 65% (le reste étant généralement remboursé par les assurances santé complémentaires comme les mutuelles). À noter que l’acte de vaccination lui-même (la consultation et l’injection) est remboursé à 100 % par l’Assurance Maladie. Les centres de la PMI (Protection maternelle et infantile) vaccinent gratuitement sans que les parents aient à apporter le vaccin avec eux.
L’immunité déclenchée par la vaccination contre la coqueluche n’est acquise que pour une dizaine d’années, mais elle reste le meilleur moyen de prévention de la maladie.

Coqueluche : PLUS D’INFOS

La coquelucheen France

Le nombre de cas de coqueluche a très fortement baissé depuis l'introduction du vaccin mais la bactérie continue à circuler.
Le nombre de cas chez les personnes de moins de 17 ans a augmenté de 118 en 2007 à 472 en 2012, dont 32 % chez des nourrissons âgés de moins de 3 mois.
90 % des nourrissons de moins de 6 mois contaminés l’ont été par leurs parents (63 % des cas) ou frères et sœurs (27 % des cas).

Les liens de la coqueluche

Le site de l’Institut Pasteur
http://www.pasteur.fr/fr/institut-pasteur/presse/fiches-info/coqueluche

Les liens PourquoiDocteur

Coqueluche : un patch pour immuniser les adultes
Près de 8 millions d'enfants et adolescents sont morts en 2013
La coqueluche pendant l’enfance augmente le risque d’épilepsie
Vaccination : le calendrier 2015 disponible
Coqueluche : la peur de la contagion n'a pas d' impact sur la vaccination

Pour laisser un commentaire, Connectez-vous par ici.


JDF