ePrivacy and GPDR Cookie Consent by Cookie Consent Fréquence médicale

Mycose de la peau : des champignons qui touchent aussi les muqueuses, les cheveux et les ongles

Publié le 02.08.2019
Mise à jour 02.08.2019
Mycose de la peau : des champignons qui touchent aussi les muqueuses, les cheveux et les ongles
AndreyPopov/iStock

Une mycose est une maladie infectieuse très fréquente due à la multiplication de champignons sur la peau (plis cutanés), les muqueuses (bouche, vagin) ou ses dérivés (les « phanères »), les ongles ou les cheveux.

Mycose de la peau : COMPRENDRE

Des mots pour les maux
Une mycose de la peau où il n’y a pas de poils est une mycose de la peau glabre.
Un « intertrigo » est une mycose des plis cutanés.
Un « périonyxis » est une mycose de la peau au pourtour de l’ongle.
Le « muguet » est une candidose de la bouche et la « perlèche » touche spécifiquement les commissures des lèvres.

A quoi correspond une mycose de la peau ?

Une « mycose superficielle cutanée » correspond à des maladies très fréquentes de la peau qui sont liées à une infection par des champignons microscopiques (Candida, Trichophyton, Microsporum, Epidermophyton...).
Elles peuvent affecter la surface de la peau dans les zones dépourvues de poils (« peau glabre », les plis cutanés (« intertrigos »), les « muqueuses » (revêtement des orifices comme la bouche, l’œsophage et le vagin), les ongles et le cuir chevelu.
Les champignons responsables de la mycose sont des microorganismes vivants qui sont très répandus dans l’environnement et dans l’organisme (peau, muqueuse, bouche, intestin et organes génitaux). La plupart du temps, ces micro-organismes cohabitent en harmonie avec les bactéries de la flore locale (« bactéries saprophytes »), s'empêchant mutuellement de trop se développer. Mais quand les conditions changent (augmentation de la température et de l’humidité, manque ou au contraire excès d'hygiène), l'équilibre est rompu et la flore saprophyte est modifiée. Certains champignons en profitent pour se développer et devenir nocifs : les mycoses apparaissent.
La multiplication de champignons, et leur expression sur la peau (lésion de mycose), résulte donc soit d’une rupture de l’équilibre de la flore saprophyte de la peau en raison d’une cause externe (macération, irritation…) ou interne (diminution de l’immunité, diabète, antibiotiques…)., soit d’une contamination par contact direct entre les humains (« contamination interhumaine ») ou par contact avec un animal, ou avec le sol, l’eau ou les objets contaminés (vêtements, serviettes, tapis de sol, peignes, jouets...).
Une « mycose profuse ou récidivante » doit systématiquement faire rechercher un facteur interne de rupture de l’équilibre, diminuant les défenses immunitaires comme, par exemple, un diabète mal équilibré.

Quels sont les différents types de mycoses de la peau ?

Il existe différentes formes de mycoses de la peau, selon la partie de la peau qui est affectée : peau glabre, plis cutanés, muqueuses, ongles et cheveux.
• Le « pityriasis versicolor » correspond à une infection de la « peau glabre » (zones dépourvues de poils) par des champignons de type « Dermatophytes ». Le pityriasis se caractérise par l’apparition sur le tronc, le cou, le haut des bras, de taches granuleuses, rosées ou plus claires que la peau non affectée. L'atteinte du visage est fréquente chez l'enfant.
Ces taches ne parviennent pas à bronzer car elle sont dépourvues de mélanine (« tâches dépigmentées ») et elles sont alors très visibles en été. Sur les peaux très blanches, les tâches sont souvent un peu plus foncées (rosé ou brun clair) que la peau normale. Des petits fragments de peau morte (« squames ») sont présentes et parfois des vésicules, des bulles, des croûtes... Ces lésions s’étendent par la périphérie et provoquent souvent des démangeaisons. Cette infection est courante, quel que soit l’âge, et les rechutes sont fréquentes.
• La mycose de la peau glabre ou « herpès circiné » est une infection est provoquée par des champignons, appelés « dermatophytes », qui peuvent être transmis par d’autres personnes ou par les animaux.
« L’herpès circiné » forme une tache rouge arrondie de quelques millimètres à quelques centimètres de diamètre, dont la surface pèle. Les plaques ont souvent une forme ronde ou ovalaire, en cible, avec une bordure active plus marquée qui comporte de petites croûtes (« croûtelles ») alors que la région du centre est presque normale ou pèle un peu. Les démangeaisons sont fréquentes, mais parfois absentes. La tache s’étend progressivement vers l’extérieur alors que la partie centrale tend à cicatriser. Un même patient peut avoir un ou plusieurs herpès circinés, surtout quand ils sont transmis par les chiens et les chats (souvent multiples et de petite taille), alors que l’herpès circiné à transmission « interhumaine » est souvent isolé.
• Les mycoses des « grands plis » ou « intertrigo » siègent dans les plis de l’aine, entre les fesses, sous les aisselles, sous les seins des femmes... Dans ce dernier cas les lésions sont le plus souvent dues à des champignons de type « Candida ». Le pli est rouge, suintant et il est le siège de fissures de la peau et d’un dépôt jaunâtre. L'intertrigo donne une sensation de brûlure, voire des douleurs. L’intertrigo inguinal chez les hommes, également appelé « eczéma marginé de Hebra », est une mycose de la peau provoquée par des champignons appelés « dermatophytes ». Il se manifeste par des cercles sur la peau comme des anneaux et provoque une rougeur de la peau, en rapport avec l’irritation.
La mycose des pieds est aussi surnommée « pied d’athlète » est la plus fréquente des mycoses de la peau de l’adolescent et de l’adulte, mais elle reste rare chez les jeunes enfants. Elle est liée à un champignon de type « dermatophyte ». L’infection est située entre les orteils et débute entre le 4ème et le 5ème orteil, mais peut s’étendre aux autres espaces entre les autres orteils, à la plante du pied, voire au dos du pied. Elle s’accompagne souvent d’une infection à champignons des ongles (« onychomycose ») qu’il faudra traiter en même temps. Le « pied d’athlète » se manifeste par des zones rouges entre les orteils, au niveau de la plante et du dos des pieds et des fissures et une macération au niveau des espaces interdigitaux. Ces lésions provoquent de fortes démangeaisons.
La mycose des mains est identique à celle des pieds mais plus rare et elle concerne surtout les professions qui imposent le port de gants en caoutchouc.
• Les mycoses superficielles cutanées
peuvent également atteindre les muqueuses de la bouche, de l’œsophage et du vagin.
La « mycose buccale »
atteint la langue et l'intérieur des joues. Elle peut survenir chez l’adulte et l’enfant, mais elle est tout particulièrement fréquente chez le nourrisson ou après un traitement antibiotique et on l’appelle couramment « muguet ». Elle est liée à une infection à Candida. Elle se manifeste par des plaques blanches « caséeuses » sur la langue, à l’intérieur des joues, sur les gencives et sur le palais. Les mycoses buccales sont également responsables des fissurations humides rouges et croûteuses des coins de la bouche ou « perlèches ».
La « mycose de l’œsophage »
accompagne souvent l’infection par le VIH. Elle nécessite des traitements antifongiques dont les modalités et les durées sont adaptées à chaque cas.
La « mycose vaginale »
est la cause la plus fréquente de la vaginite et sont dues dans 80 % des cas à l’espèce Candida albicans. Elle se manifeste par des pertes blanchâtres en quantité anormale, appelées aussi « leucorrhées ». Elles sont souvent accompagnées d’une irritation et de douleurs, de brûlures gênantes lors des rapports sexuels (« dyspareunie »). La vulve est souvent irritée avec des démangeaisons. Il peut exister une sensation de brûlure en urinant. Cette infection est rarement transmise lors d'un contact sexuel mais ce type de transmission est possible. Les causes de récidives sont nombreuses : les médicaments (cures répétées d’antibiotiques), les œstrogènes, les corticoïdes et immunosuppresseurs, la contraception par stérilet ou diaphragme.

Quels sont les différents types de mycoses des dérivés de la peau ?

Il existe différentes formes de mycoses des dérivés de la peau (phanères »), selon la partie qui est affectée : ongles et cheveux.
• La « mycose des ongles » (ou « onychomycose ») touche principalement les adolescents et les adultes et est due à un champignon de type « dermatophyte ». Elle touche surtout les ongles des pieds, mais peut atteindre également les ongles des mains.
L’atteinte débute par le bord libre de l’ongle, en diffusant ensuite vers sa base, jusqu’à envahir la « matrice » de l’ongle (la zone qui fabrique l’ongle à sa racine). Les autres ongles des orteils peuvent être progressivement touchés, de proche en proche. L’extension de la maladie est lente et donne tout le temps de consulter un médecin et de se traiter : il vaut mieux se traiter dès le début car la guérison est très lente (la « repousse » de l’ongle normal prend plusieurs mois !).
L'ongle malade s’épaissit et se décolle. L'atteinte s'étend progressivement à la matrice de l'ongle qui se décolore et devient blanchâtre. L'onychomycose est souvent associée au « pied d’athlète ».
Elle peut aussi débuter par une atteinte de la peau et des tissus autour de l’ongle (« péri-unguéaux »), appelée « périonyxis ». Ces tissus sont alors rouges, tuméfiés, et douloureux, laissant parfois échapper un liquide clair et contaminant. Le traitement est  local dans un premier temps mais en cas d’atteinte importante touchant tout l’ongle et sa matrice (« atteinte matricielle »), un traitement sous forme de comprimé prescrit par le dermatologue est nécessaire pendant plusieurs mois.
• La « mycose du cuir chevelu » ou « teigne tondante » est liée à une infection par un champignon de type « dermatophyte » qui contamine la peau et les cheveux. La teigne se présente souvent sous la forme de croûtes blanches qui s’émiettent (« desquament ») et font apparaître des plaques sans cheveux (les cheveux sont cassés à quelques millimètres du cuir chevelu) que l’on appelle « alopécie circonscrite ». L'association de plaques d’alopécie à des pellicules (« squames »), à des cheveux cassés courts, à des pustules ou à des croûtes doit avant tout faire penser à la teigne. Les champignons microscopiques se développent sur le cheveu ou à l’intérieur de celui-ci, suivant le type de champignon. Cela fragilise le cheveu qui devient cassant sur la zone du cuir chevelu qui est parasité par le champignon. Certaines teignes sont très inflammatoires et la lésion de la peau est alors en relief, suintante, suppurée. On appelle cela un « kérion ». Un kérion peut entraîner des cicatrices et des chutes de cheveux (« alopécies ») définitives. Dans certains cas, elle peut nécessiter une éviction scolaire jusqu’à la preuve de la guérison.
Une surinfection par une bactérie est possible à la suite d’un grattage intempestif (« impétiginisation »). Les peignes et brosses utilisés par toute la famille peuvent transmettre la teigne car il s’agit d’une maladie contagieuse. Il faut donc repérer rapidement une teigne, faire des prélèvements dans la famille pour identifier le champignon responsable et traiter tous les proches contaminés et porteurs du champignons en même temps que la personne atteinte. Après traitement, si celui-ci n’est pas trop tardif, les cheveux repoussent normalement.

Quelles sont les particularités des mycoses du nourrisson ?

• « L'érythème fessier du nourrisson » peut être colonisé par un champignon (en général du genre Candida albicans) en l'absence de soins précoces. Les rougeurs débutent souvent autour de l’anus, dans le pli interfessier ou les plis de l’aine. L’irritation peut s'étendre aux testicules, à la vulve ou à l’ensemble du siège. L’érythème fessier prédomine, en général, sur les zones convexes du siège qui sont en contact avec les couches. Les zones infectées peuvent être sèches ou humides et parfois boutonneuses. Il peut arriver que la partie superficielle de la peau pèle (« desquamation ») et que des boutons ou des vésicules apparaissent. Les vésicules peuvent ensuite éclater, suinter ou saigner et se compliquer de fissures dans les plis de peau. Ces fissures peuvent se surinfecter, on parle « d’intertrigo infecté », ce qui doit conduire à un traitement immédiat.
• Le « périonyxis de l'enfant » qui suce son pouce est une inflammation chronique de la peau qui entoure l’ongle : le pourtour de l’ongle est rouge, enflé et la peau qui entoure l’ongle se décolle.

Quelles sont les causes favorisant les mycoses cutanées ?

Les mycoses de la peau sont dues à une infection par des champignons microscopiques que l’on trouve partout dans l’environnement ou sur la peau. Leur développement est cependant stimulé par la chaleur humide et ils vont donc infecter plus particulièrement les plis de la peau et des pieds, mais aussi les ongles et les organes génitaux.
La contagion se fait par contact direct avec des surfaces ou des objets porteurs du champignon, comme par exemple le sol des salles de gymnastique, des douches ou des piscines, les moquettes des hôtels et les claies en bois des saunas et une hygiène rigoureuse est importante.
Les principaux facteurs d’environnement qui favorisent le développement des mycoses de la peau sont la chaleur humide et la transpiration excessive, la fréquentation des piscines, des salles de sport et des saunas, le port de chaussures fermées ou de bottes (ou de gants) en caoutchouc.
La grossesse et les premiers mois de la vie exposent aux mycoses de la peau. Certaines maladies sont également des facteurs favorisants (diabète de type 1, diabète de type 2, déficit immunitaire), de même que certains traitements médicamenteux (antibiothérapie, corticothérapie...).
Plusieurs déterminants de susceptibilité génétique pour les formes chroniques ou récidivantes sont désormais connus.

Mycose de la peau : QUE FAIRE ?

Comment faire le diagnostic de mycose de la peau ?

L’aspect caractéristique des lésions de la peau est le plus souvent suffisant au médecin pour faire ce diagnostic qui est donc le plus souvent clinique.
Un examen avec une lampe à ultraviolet (lumière de Wood) entraîne une fluorescence particulière avec certains champignons et peut parfois être réalisé pour confirmer le diagnostic.
Le médecin peut aussi prescrire un prélèvement mycologique auprès d’un laboratoire spécialisé qui grattera la lésion de la peau et recueillera les petits débris. Ces derniers seront ensuite analysés au microscope et mis en culture pour identifier le champignon responsable de l’infection.

Quand faut-il consulter un médecin ?

En présence de mycose cutanée, il faut consulter un médecin en l’absence d'amélioration une semaine après l'application du traitement local ou en cas de :
• Doute sur la nature des lésions.
• Mycose des ongles (onychomycose) ou du cuir chevelu.
• Gêne, douleur locale ou démangeaisons.
• Nouvelles lésions apparaissant sur une autre zone.
• Plaies ou suintements du fait du risque de surinfection.
• Diabète avec troubles circulatoires.
• Déficit immunitaire.
• Traitement par corticoïdes par voie générale.
Et chez un enfant de moins de 12 ans.

Que faire en cas de mycose cutanée superficielle ?

La prise en compte des facteurs locaux favorisants  la mycose est indispensable pour permettre la guérison sans récidive.
Il faut lutter contre la macération (éviter le port de sous vêtements synthétiques et de vêtements serrés), l’humidité (sécher soigneusement les plis et les muqueuses après la toilette, ne pas remettre de chaussures humides avant qu’elles aient séché…) et l’irritation de la peau (traiter les irritations de la peau car elles peuvent constituer un facteur de développement de la mycose) : attention aux épilations ou aux rasages intempestifs.
En cas d’atteinte des pieds, il faudra également désinfecter ses chaussures (avec un produit adapté), ainsi que ses chaussettes (le lavage à basse température n’est pas suffisant pour tuer le champignon).
En cas de mycose cutanée modérée (une à deux lésions isolées), un traitement local appliqué soi-même peut permettre d’éviter la propagation de l’infection.
Il faut appliquer un « médicament antifongique à usage local », disponible sans ordonnance en pharmacie, à condition de respecter les contre-indications liées à l’état de santé (grossesse, traitement en cours) et de choisir une forme adaptée aux lésions (crèmes, émulsions, lotions ou solutions pour les peaux sèches ; poudres et gels sur les lésions suintantes). Le pharmacien est toujours disponible pour ce type de conseils.

Existe-t-il des médicaments contre les mycoses de la peau ?

Le traitement contre les mycoses ou « traitement antifongique » est le plus souvent local.
• Pour les mycoses cutanées, il est prescrit sous forme de pommade, crème, lotion, poudre en fonction du type de lésion et de leur localisation (kétoconazole, éconazole…).
Quand il est unique, « l’herpès circiné » est traité avec des crèmes antimycosiques pendant sept jours à deux semaines. En cas de démangeaisons importantes, il est parfois possible d’ajouter une crème à base de cortisone pendant les premiers jours. Lorsque les « herpès circinés » sont multiples, un traitement antimycosique par voie orale peut être indiqué pendant 7 à 14 jours.
• Pour les mycoses des ongles (« onychomycoses »), un traitement local antifongique  peut être appliqué sous forme de vernis durant 3 à 6 mois. Pour une meilleure efficacité, on peut y ajouter des crèmes locales qui favorisent la diffusion chimique de l’antimycotique à travers l’ongle (association azolé et urée).
Il faut y associer un traitement local des espaces interdigitaux pour éviter la réinfection. Ce traitement local n’est pas toujours suffisant pour obtenir la guérison en cas d’atteinte profonde des ongles et il faudra alors associer un traitement oral.
• Pour les mycoses vaginales
Les femmes peuvent se traiter seules. Elles doivent faire une toilette matin et soir avec un savon non irritant (comme un savon de Marseille). Il faut éviter les savons acides et ceux qui sont trop agressifs.
Le traitement est ensuite basé sur des comprimés ou ovules antifongiques gynécologiques qui sont introduits à l'intérieur du vagin le soir (Gyno Pevaryl®) 3 jours consécutifs. Il est souvent complété par l'application d'une crème antifongique en cas d'irritation de la vulve (Pevaryl Crème). Ces médicaments sont disponibles en pharmacie sans ordonnance, le pharmacien précisant le mode et la durée d'utilisation. Il existe des traitements en prise unique très efficaces. Une nette amélioration survient généralement en un à deux jours. Les rapports sexuels sont déconseillés jusqu'à la guérison, ou nécessitent l'utilisation d'un préservatif pour éviter la transmission de la mycose.
• Pour les « teignes tondantes », un traitement avec des antimycosiques par voie orale est indispensable (griséofulvine ou terbinafine) pendant 8 semaines (griséofulvine) ou 4 semaines (terbinafine). Un traitement local avec des lotions antimycosiques peut parfois compléter la thérapeutique. Il s’agit d’une maladie contagieuse et il faut donc repérer rapidement une teigne, faire des prélèvements dans la famille proche pour identifier le champignon responsable et traiter tous les proches contaminés et porteurs du champignon en même temps que la personne atteinte.
• Pour « l’herpès circiné » avec une lésion unique, elle est traitée avec des crèmes antimycosiques pendant sept jours à deux semaines. L’adjonction d’une crème à base de cortisone est parfois utile pendant les premiers jours, en cas de démangeaisons importantes. Lorsque les herpès circinés sont multiples, un traitement antimycosique par voie orale peut être indiqué pendant 7 à 14 jours.
Le traitement antifongique oral  est nécessaire en cas d’atteintes importantes ou pour certaines formes nécessitant un traitement par voie orale (griséofulvine, terbinafine) :
• C’est le cas des mycoses du cuir chevelu (« teignes ») qui nécessitent en plus du traitement local, un traitement oral antifongique de plusieurs semaines (6 à 8 semaines) pour obtenir la guérison. C’est aussi le cas dans les « herpès circinés ».
• C’est aussi le cas des mycoses des ongles (« onychomycoses ») qui ne peuvent pas guérir avec un traitement local quand la matrice est atteinte. Un traitement oral antifongique est alors prescrit. Il s’agit en règle générale de traitements de longue durée (en général 3 mois pour le traitement des mycoses des ongles des mains et 6 mois pour celles des pieds). Parfois, il est nécessaire de recourir à la chirurgie pour ôter la zone malade de l'ongle.

Mycose de la peau : PREVENIR

Comment prévenir une mycose de la peau ?

La transmission des mycoses peut se faire par contact direct (lésions cutanées, poils d'animaux infectés), mais aussi par contact indirect (draps, serviettes, brosses à cheveux, sols, eau...). Pour éviter la transmission et la contamination des mycoses de la peau, quelques conseils sont à suivre.  
• Il ne faut pas utiliser de tapis de bains en tissu en cas de mycose des pieds dans la famille proche et il faut laver la literie. Il faut laver les carrelages, douche et baignoire avec un désinfectant.
• En cas de teigne dans la famille, il faut désinfecter les bonnets, capuches, brosses avec un antifongique en poudre.
• Il faut porter des chaussures adaptées lorsque l’on marche pieds nus dans des endroits collectifs (salle de sports, piscine).
• Il faut bien sécher entre chaque orteil avec la serviette ou même utiliser un séchoir à cheveux à  température douce.
• Il ne faut pas échanger sa serviette avec quelqu’un d’autre.
• Il ne faut pas toujours porter les mêmes chaussures et il faut bien les aérer et les faire sécher, voire les désinfecter si besoin.
• Il ne faut pas rester avec des chaussettes humides et il faut porter si possible des chaussettes en coton (ou fil). En cas de transpiration excessive des pieds, il est possible d’utiliser des anti-transpirants spécifiques.
• En cas de mycoses de son animal domestique, il faut faire traiter l’animal par un vétérinaire avant d’attraper soi-même un herpès circiné.
• En cas de une mycose cutanée chez son enfant, il faut couper courts ses ongles pour qu’ils restent propres et pour éviter les effets néfastes du grattage.

Mycose de la peau : PLUS D’INFOS

Les mycoses de la peau en France

Environ 3 % des patients des médecins traitants consultent pour une mycose.
30 % des patients atteints d'une mycose des pieds ont aussi une mycose des ongles (onychomycose).

Les liens des mycoses de la peau

Le site du Syndicat des Dermatologues et Vénérologues
http://www.syndicatdermatos.org/le-dermato-soigne/mycoses/

Les liens Pourquoi Docteur

Thaïlande : des mycoses génitales ultra-tenaces en souvenir
Mycose vaginale : douleurs de la vulve et du vagin souvent récidivantes
Diabète de type 1 : une maladie qui bénéficiera bientôt du pancréas artificiel
Diabète de type 2, une véritable épidémie mondiale

Pour laisser un commentaire, Connectez-vous par ici.


JDF