ePrivacy and GPDR Cookie Consent by Cookie Consent Fréquence médicale

Oncologie

Cancer du poumon EGFR muté localisé : intérêt de l’osimertinib en adjuvant

Dans le cancer du poumon NPC et EGFR muté de stade IB-IIIA, l’osimertinib en adjuvant améliore la survie sans progression dans l’étude ADAURA qui vient d’être présentée à l’ASCO 2020.

  • Par Le Dr Clémentine Basse
  • Eraxion/istock
  • 02 Oct 2020
  • A A

    L’ASCO 2020 nous rapporte des résultats encourageant en termes de survie sans progression à l’occasion d’une analyse intermédiaire de l’étude ADAURA*.

    Il s'agit d'une étude de phase III, randomisée, en double aveugle, proposant l’administration en adjuvant d’osimertinib 80mg/jour versus surveillance chez les patients porteurs d’une mutation fréquente de l’EGFR (délétion de l’exon 19 ou mutation L858R de l’exon 21) dans le CBNPC (cancer bronchique non à petites cellules) de stade IB à IIIA en résection complète.

    Une médiane de survie sans progression non atteinte à 48 mois

    La médiane de survie n’est pas atteinte dans les stades II-IIIA confondus alors qu’elle est de 20,4mois dans le groupe placebo (HR = 0,17 [0,12-0,23], p<0,0001).

    Le pourcentage de survie sans progression à 2 ans est de 87%, 91% et 88% dans le groupe osimertinib respectivement pour les stades IB, II, IIIA, versus 73%, 56% et 32% dans le bras placebo.

    Une tendance à freiner la survenue de métastases extra-thoraciques et notamment cérébrales

    Une chimiothérapie adjuvante pouvait avoir été reçue, et a été administrée de façon relativement comparable dans les deux bras. Le taux de récidives à distance est de 38% dans le bras osimertinib versus 61% dans le bras placebo. La probabilité de survenue de métastases cérébrales à 18 mois dans le bras osimertinib est < 1% versus 9% dans le bras placebo.

    L’ajout d’un TKI de 3ème génération en adjuvant après résection complète dans le CBNPC de stade IB-IIIA améliore la survie sans progression chez les patients porteurs d’une mutation fréquente ciblable de l’EGFR. Le dépistage moléculaire va donc devenir incontournable dans la prise en charge de ces patients afin de leur donner accès au meilleur traitement. ADAURA propose de l’osimertinib pour une durée totale de 3 ans. Cependant à ce jour les résultats d’ADAURA en survie globale ne sont pas encore matures mais seront attendus avec impatience par la communauté scientifique.

    *données de l’ASCO 2020

    Pour laisser un commentaire, Connectez-vous par ici.
    

    JDF