ePrivacy and GPDR Cookie Consent by Cookie Consent Fréquence médicale

Pneumologie

CBNPC : un bénéfice du Tépotinib au prix d’effets secondaires

Une nouvelle molécule, le Tepotinib, en cas de mutation de c MET sur l'exon 14 est un apport thérapeutique qui semble intéressant notamment en cas de métastases cérébrales, mais avec quelques effets secondaires.

  • Par le Dr Anne-Christine DELLAVALLE
  • 24 Sep 2020
  • A A

    Une étude, dont les résultats sont parus en septembre 2020 dans le New England Journal of Medicine, a cherché à montrer le bénéfice du traitement par le Tépotinb chez les patients atteints de cancer bronchique non à petites cellules, avec la mutation c MET sur l’exon 14. Les patients étaient tous atteints de CBNPC métastatique et ils ont reçu une dose journalière de 500mg de Tépotinib. La présence de la mutation c MET de l’exon 14 a été recherchée sur les prélèvements par biopsies tissulaires ou liquides. Au total, 152 patients ont été inclus et 99 d’entre eux ont été suivis pendant 9 mois.

    Une réponse intéressante en cas de mutation cMET sur l’exon 14

    Les résultats ont montré une réponse positive du traitement par Tépotinib dans 46% des cas, avec une durée de réponse supérieure à 11 mois. La réponse au traitement a été partielle chez environ la moitié des patients, atteints de formes métastatiques de CBPNC. Il n’y a pas eu de différence significative de réponse entre les patients dont la mutation c MET a été retrouvée par biopsie liquide et ceux pour qu’il elle a été identifiée par biopsie tissulaire. Le taux de réponse n’était pas modifié quel que soit le traitement antérieur reçu pour un CBNPC avancé ou métastatique.

    Mais des effets toxiques de grade 3

    Malgré une réponse positive, des effets toxiques de grade 3 ont été relevés chez un nombre significatif de sujets puisqu’ils ont été présents dans 28% des cas. Des oedèmes périphériques représentaient l’effet secondaire le plus souvent rapporté puisqu’ils sont apparus dans 7% des cas. Ces effets toxiques étaient non négligeables, puisque l’arrêt définitif du traitement a du être réalisé chez 11% des sujets. Le rapport bénéfice/risque du traitement par Tépotinib est donc à évaluer précisément chez les sujets atteints de CBNPC avancés ou métastatiques.

    En conclusion, le Tépotinip semble apporter des réponses positives chez environ la moitié des patients atteints de CBNPC avancé ou métastatique mais les effets secondaires peuvent en limiter l’utilisation. D’autres études plus conséquentes sont nécessaires pour évaluer l’intérêt réel de ce traitement…

    Pour laisser un commentaire, Connectez-vous par ici.
    

    JDF