ePrivacy and GPDR Cookie Consent by Cookie Consent Fréquence médicale

Pneumologie

Asthme et tabac : suivi des adolescents sur l'île de Wight.

L’association du tabagisme et de l’asthme chez les adolescents constitue un risque irréversible pour la santé respiratoire à long terme, malgré un traitement par bronchodilatateurs. Les mesures préventives de lutte contre le tabagisme à l’adolescence prennent ici toute leur place.

  • Par le Dr Anne-Christine DELLAVALLE
  • 16 Jan 2020
  • A A

    Une étude, dont les résultats sont parus en décembre 2019, dans l’European Respiratory Journal, a cherché à montrer le risque de l’association asthme et tabagisme sur la fonction respiratoire des adolescents et jeunes adultes. Une cohorte de 1456 sujets, basés sur l’île de Wight, a été évaluée de la naissance à l’âge de 26 ans.  Les sujets ont été sépares en 4 groupes: les non-fumeurs sans asthme, les non-fumeurs asthmatiques, les fumeurs sans asthme et les fumeurs asthmatiques. Une spiromètrie a été réalisée à 10 ans, 18 ans et 26 ans.

    Une amélioration par bronchodilatateurs chez les  asthmatiques non-fumeurs

    Les résultats de l’étude ont montré que le groupe des non fumeurs non asthmatiques avis la meilleure fonction respiratoire. Le delta avec les non fumeurs asthmatiques a été réduit après administration de bronchodilatateurs dans ce deuxième groupe. De plus, la fonction pulmonaire chez les non-fumeurs ne s’est pas aggravée après l’âge de 18 ans. Les fumeurs non asthmatiques ont également une fonction respiratoire plus faible que les non fumeurs non-asthmatiques avec un déficit apparaissant surtout après 18 ans et non réversible avec les bronchodilatateurs.

    Association asthme et tabac: le pire tableau

    Le groupe des fumeurs asthmatiques a présenté une fonction respiratoire significativement plus altérée que celle des trois autres groupes. De plus, dans ce dernier groupe, les troubles respiratoires apparaissent plus t^to dans la vie que dans les autres groupes. Le traitement bronchodilatateur n’a pas montré d’efficacité significative chez ces sujets. Le risque de l’association asthme-tabac sur la santé respiratoire sur le long terme est donc significative, et ce, dès un très jeune âge.

    En conclusion, les mesures de prévention contre le tabagisme des adolescents doivent donc être plus sévères, notamment chez les asthmatiques, en raison du risque de lésions pulmonaires irréversibles dès le début de la vie adulte.

    Pour laisser un commentaire, Connectez-vous par ici.
    

    JDF