ePrivacy and GPDR Cookie Consent by Cookie Consent Fréquence médicale

Onco-dermatologie

Onco-dermatologie : mise en place d’une plateforme de TELERCP ONCODERM

Devant le nombre croissant de cancers cutanés et la pénurie de certains praticiens, la prise en charge en ville a également dû s'adapter. Une plate-forme de télé-RCP : ONCODERM permet une prise en charge pluridisciplinaire en ville et donc de décharger l’hôpital.

  • Par Le Dr Laurence Ollivaud et Le Dr Marie-Sophie Gautier
  • Istock/Fiskes
  • 22 Mar 2021
  • A A

    En raison de l’augmentation de l’incidence des cancers cutanés et du vieillissement de la population, la prise en charge des mélanomes et des carcinomes s'est largement accrue dans nos cabinets ces dernières années. Notre expérience mixte, libérale et hospitalière, de « vieilles » oncodermatologues, nous a conduit à créer en 2017 un réseau de coordination en oncodermatologie, OncoDerm (association à but non lucratif) avec deux objectifs principaux :

    1/ Faciliter le dépistage et la prise en charge thérapeutique rapide  des cancers cutanés, grâce à l’élaboration d’une appli de téléexpertise pour smartphone permettant aux médecins généralistes de signaler au dermatologue de proximité une lésion cutanée suspecte, avec le soutien de l’ARS et l’URPS Médecins Libéraux en Ile de France. 2/ Sécuriser le parcours de soin en ville des patients atteints de cancer cutané, grâce à la création d'une plateforme de télé-RCP OncoDerm, permettant d’enregistrer ou discuter les cas de patients opérés par les dermatologues et chirurgiens libéraux.

    Ces Réunions de Concertation Pluridisplinaire en téléconférence (télé-RCP) permettent de s’assurer d’une prise en charge des patients opérés de mélanome ou carcinome cutané en ville, de même qualité qu’à l’hôpital public (en termes de marge chirurgicale, exploration du GS, indication de traitement adjuvant médical ou radiothérapie, …).

    Comment ONCODERM fonctionne ?

    Le médecin « requérant » se connecte, via le site oncoderm.fr à la plateforme de télé-RCP sécurisée, par identifiant et mot de passe. Il remplit en ligne le formulaire de demande de RCP, avec fiche administrative, compte-rendu opératoire, compte-rendu anatomopathologique et photos, puis l'inscrit à une RCP prévue sur l’agenda des télé-RCP, à laquelle il peut choisir d’assister. Nous avons élaboré des menus déroulants pour un remplissage plus formateur avec des liens pour les référentiels (oncodage, prédispositions génétiques aux cancers, TNM, prise en charge du CBC, CEC ou mélanome). Les médecins demandeurs de RCP sont des dermatologues mais surtout des chirurgiens plasticiens libéraux.

    Les médecins « requis » (en termes de télé-expertise) de la télé-RCP OncoDerm, un oncodermatologue, un chirurgien plasticien et un anatomopathologiste, voire un oncoradiothérapeute, tous libéraux, se réunissent par visioconférence, une fois par semaine, à partir de leur ordinateur au cabinet ou à domicile.

    Un enregistrement en RCP de tous les carcinomes basocellulaires (CBC) et carcinomes épidermoïdes cutanés (CEC) de bon pronostic n’est pas possible et inutile, car le traitement chirurgical est standardisé et le risque de métastase ou de rechute est très faible ou nul : les RCP n’ont pas vocation à un enregistrement épidémiologique des cancers. Par contre, nous présentons systématiquement les mélanomes (sauf SSM in situ), les CBC et CEC à haut risque de récidive et les cancers cutanés rares.

    Une nouvelle plateforme pour quels résultats ?

    De mars 2018 à mai 2020, nous avons discuté 376 Dossiers, pour 362 tumeurs cutanées. Nous avons constaté une modification de l’attitude thérapeutique pour au moins un dossier par RCP : modification des marges chirurgicales pour des mélanomes / indication d’exploration du Ganglion Sentinelle (GS) pour les mélanomes de plus d’1 mm (encore méconnue par de nombreux chirurgiens) puis de traitement adjuvant si GS + / adressage pour chirurgie de Mohs ou Slow Mohs pour des Dubreuilh ou CBC d’exérèses itératives incomplètes ou un Darier-Ferrand / indication fréquente de reprise chirurgicale et/ou radiothérapie complémentaire pour des CEC d’exérèse limite ou à haut risque de récidive / indication de traitement topique par imiquimod pour mélanomes in situ résiduels difficiles à réopérer.

    Nous avons aussi souvent recommandé la pratique d’examens radiologiques non pratiqués : échographie ganglionnaire (initiale ou en surveillance) ou bilan radiologique d’extension par scanner ou IRM ou Petscanner.

    Quels liens avec les autres acteurs de la prise en charge ?

    La télé-RCP peut parfois conclure à une demande de RCP hospitalière de recours (Services d’oncodermatologie d’Ambroise Paré, Cochin, Gustave Roussy, Mondor, Saint-Louis) pour les patients en situation complexe (nécessité d’une chirurgie de (Slow) Mohs ou guidée par microscopie confocale, carcinome annexiel ou sarcome) ou nécessitant l’inclusion dans un essai thérapeutique. Notre logiciel permet un envoi sécurisé des compte-rendus de RCP aux médecins du patient via MSSanté en fin de téléRCP. 

    En tant qu’oncodermatologues habituées aux RCP et consultations médico-chirurgicales hospitalières, nous n’avions pas conscience de l’isolement du chirurgien plasticien libéral pour sa décision thérapeutique. Il reçoit les patients de plus en plus souvent directement de médecins généralistes (compte tenu de la pénurie et de la difficulté d’accès aux dermatologues) ou de dermatologues correspondants sans indication précise sur les modalités du traitement à effectuer.

    Les chirurgiens apprécient l’accessibilité de nos télé-RCP hebdomadaires, auxquelles ils peuvent facilement assister sans se déplacer et discuter de façon collégiale avec les oncodermatologues et les anatomopathologistes. Elles sont l’occasion d’actualiser les connaissances de tous sur les référentiels de prise en charge, afin de faire ensemble le meilleur choix possible pour le patient.

    Quels modes de financement ?

    Le financement du site OncoDerm.fr et de sa plateforme de téléRCP est assuré par des dons de laboratoires pharmaceutiques et cosmétiques, impliqués en oncodermatologie. La participation des médecins de la RCP est bénévole, même s’il existe une possibilité d’indemnisation des médecins libéraux participant à une RCP par l’ARS (non appliquée en Ile de France), mais on réfléchit à une valorisation en terme de téléexpertise de niveau 2.

    Conclusion

    Nos télé-RCP en oncodermatologie libérale OncoDerm contribuent à ce que tout patient atteint de cancer cutané, quel que soit son lieu de prise en charge, puisse être traité selon les recommandations thérapeutiques actualisées, et bénéficier de l’avis d’un groupe d’experts pluridisciplinaire en ville comme à l’hôpital.

    Pour laisser un commentaire, Connectez-vous par ici.
    

    JDF