ePrivacy and GPDR Cookie Consent by Cookie Consent Fréquence médicale

Pneumologie

Dilatation des bronches : le brensocatib serait prometteur en traitement de fond

Une étude de phase 2 sur l’intérêt du brensocatib, inhibiteur de protéases, dans la prévention des exacerbations au cours des bronchectasies a montré des résultats plus qu'encourageants. D’après un entretien avec Bernard MAITRE.

  • Par le Dr Anne-Christine DELLAVALLE
  • 08 Oct 2020
  • A A

    Une étude de phase 2, dont les résultats sont parus en septembre 2020 dans le New England Journal of Medicine, a cherché à montrer l’intérêt de l’utilisation du brensocatib, anti inflammatoire inhibiteur de protéases, dans la prévention des exacerbations chez les sujets atteints de dilatation des bronches, non liée à la mucoviscidose. Au total, 256 malades, issus de 116 centres, dans 14 pays différents, ont été randomisés. Un groupe a reçu 2 doses de brensocatib et l’autre groupe un placebo.

    Une phase 2 prometteuse

    Le professeur Bernard MAITRE, pneumologue à l’Hôpital Henri Mondor de Créteil, souligne que cette étude est originale car la balance protéases/anti-protéases est l’élément clé des pathologies chroniques obstructives sécrétoires  comme la BPCO et la dilatation des bronches. Il rappelle que peu d’études sur la dilatation des bronches non liées à la mucoviscidose ont été décrites. On traite les surinfections bactériennes mais il n’existe pas de traitement de fond en dehors des macrolides à faible dose, en prévention des exacerbations. L’utilisation d’un anti-inflammatoire tel que le brensocatib est donc un évènement car les résultats de l’étude ont montré une réduction des pourcentages d’exacerbation avec un allongement du temps entre deux épisodes.

    Des résultats à confirmer par les phases 3 et 4

    Bernard MAITRE relève que l’utilisation du brensocatib n’a pas provoqué de problème majeur de tolérance, les sujets à risque de parodonthopathies ayant été éliminés puisque c’était l’effet indésirable le plus redouté. Il insiste donc sur la nécessité de la réalisation des phases 3 et 4, également en raison du faible nombre de sujets inclus, randomisés selon deux critères : la colonisation à pyocyanique et l’utilisation des macrolides au long cours. L’effet du brensocatib maintenu dans les deux groupes permet toutefois d’être optimiste pour les phases suivantes.

    En conclusion, l’effet positif du brensocatib sur la prévention des exacerbations dans les dilatations des bronches est prometteur en phase 2. La réalisation prochaine des phases 3 et 4 donnent bon espoir pour un traitement de fond …

    exacerbations

    Pour laisser un commentaire, Connectez-vous par ici.
    

    JDF