Infectiologie

Covid long : effet potentiellement intéressant de la vaccination après l’infection

Une nouvelle étude observationnelle, sur une large population, apporte des arguments supplémentaires en faveur d’un effet potentiellement favorable de la vaccination sur les symptômes du Covid long. Une piste qui mérite désormais d’être explorée dans une étude randomisée.

  • niphon/istock
Mots-clés :
  • 22 Mai 2022
  • A A

    Le Covid long est une affection hétérogène, fréquemment observé après une infection par le SARS-Cov-2, y compris dans ses formes bénignes. Les vaccins contre la Covid-19 sont efficaces pour réduire les taux d'infection, d'admission à l'hôpital et de décès liés au SARS-CoV-2. L'incidence du Covid long pourrait être réduite après une vaccination chez les personnes infectées, mais la relation entre la vaccination et les symptômes n'est pas claire, car les études publiées sont généralement de petite taille et portent sur des participants sélectionnés.

    Dans une large étude observationnelle anglaise, publiée dans The BMJ, une première dose de vaccin contre la Covid-19 serait associée à une réduction des symptômes du Covid long, avec une amélioration supplémentaire et durable après une deuxième dose.

    Large étude observationnelle

    L’analyse s’est basée sur les 28 356 participants de l’étude observationnelle anglaise, Office for National Statistics COVID-19 Infection Survey, âgés de 18 à 69 ans, qui ont reçu au moins une dose d'un vaccin à vecteur adénovirus ou à ARNm anti-Covid-19 après avoir été testés positifs à une infection par le SARS-CoV-2. Parmi eux, 6729 personnes (23,7%) ont rapporté des symptômes de Covid long, quelle que soit leur gravité, au moins une fois au cours du suivi.

    Une première dose de vaccin, administrée après l’infection, serait associée à une diminution de 12,8% (IC à 95% de -18,6% à -6,6%, p<0,001) de la probabilité de symptôme de Covid long, avec une stabilité des taux sur les semaines ultérieures. Une deuxième dose de vaccin serait associée à une diminution supplémentaire de de 8,8% (IC à 95% -14,1% à -3,1%, p=0,003) de la probabilité symptômes de Covid long, avec une diminution de 0,8% par semaine ultérieurement (-1,2% à -0,4%, p<0,001).

    L’analyse multivariée ne trouve aucune influence des caractéristiques socio-démographiques, des facteurs liés à la santé, du type de vaccin ou de la durée entre l'infection et la vaccination.

    En pratique

    Dans cette large étude observationnelle prospective, il existe de nouveaux arguments en faveur d’une éventuelle influence de la vaccination sur les symptômes du Covid long : la probabilité d'apparition de symptômes du Covid long diminuerait après la vaccination contre la Covid-19 et les données présentées suggèrent que cette amélioration serait durable après une deuxième dose (du moins pendant le suivi médian qui a été de 67 jours dans cette étude après la 2ème injection).

    La vaccination pourrait donc contribuer à réduire le fardeau du Covid long dans la population. Bien qu’un lien de causalité ne puisse pas être établi à partir de ces données observationnelles, la vaccination pourrait contribuer à réduire la charge sanitaire du Covid long, d’autant qu’il n’y a pas eu d’effets indésirables rapportés dans cette étude. Une étude randomisée avec un suivi prolongé paraît désormais nécessaire.

    Publicité

    Pour laisser un commentaire, Connectez-vous par ici.
    

    JDF