ePrivacy and GPDR Cookie Consent by Cookie Consent Fréquence médicale

Cancer

Le cas d'Agathe Auproux, ou l'exemple des discriminations financières que subissent les ex-cancéreux

Voilà déjà deux ans qu’Agathe Auproux est entrée dans la phase de rémission de son cancer. Malheureusement, l'ancienne chroniqueuse de Touche pas à mon poste est encore aujourd'hui discriminée à cause de sa maladie. 

  • Par Mathilde Debry
  • comzeal / istock
  • 07 Jul 2021
  • A A

    Alors que les survivants aux cancers sont de plus en plus nombreux, la journaliste et ancienne chroniqueuse Agathe Auproux a fait, en cherchant à acheter un logement, l’amer expérience des discriminations que subissent les personnes en rémission.

    "Je présente un risque pour les assurances"

    Cela fait déjà deux ans que la jeune femme est entrée dans la phase de rémission de son cancer du système lymphatique, qu'elle a soigné via une chimiothérapie. Guérie, la star du petit écran a exprimé dans une story instagram son désir de devenir propriétaire. “Je voulais être propriétaire avant mes 30 ans, principalement parce que je travaille à Paris, et donc je loue un appartement à Paris depuis plus de six ans maintenant. Et je ne vous apprends pas que les loyers parisiens sont très élevés. Je préfère investir cet argent puisque j’en ai la capacité″, a-t-elle écrit.

    Mais elle aussi dénoncé : "Parce que j’ai eu un cancer à 27 ans, et alors que je suis en rémission complète, je présente un risque pour les assurances qui se disent: « Ouhlalala celle-là, elle a une santé fragile, elle peut mourir à tout moment, je ne suis pas sereine à l’idée de lui prêter beaucoup d’argent qu’elle ne pourra sans doute plus me rembourser dans quelques années. Puisqu’elle a déjà eu un cancer »".

    Le droit à l’oubli ne s’applique que dix ans après l’arrêt des traitements

    En effet, les maladies graves comme les cancers ou le burn-out peuvent dans certains cas être considérés par les assureurs en crédit immobilier comme un risque aggravé pouvant entraîner le refus d’assurer l’ex-malade. Le droit à l’oubli, qui leur permet depuis 2016 de ne pas mentionner cet antécédent médical à leur assureur, ne s’applique que dix ans après l’arrêt des traitements.`

    “Depuis l’an dernier, les personnes ayant été diagnostiquées de cancer avant leurs 21 ans bénéficient d’un droit à l’oubli dont le délai a été réduit à cinq ans. J’estime que ce délai devrait être appliqué à toutes les personnes guéries de cancer”, milite le député Philippe Meyer (Les Républicains), interviewé dans Capital.

    "La cancer est une maladie tout à fait particulière parce qu’elle est très profondément en prise avec la société. Donc, pour arriver à accompagner les personnes atteintes de cancer, il faut qu’il y ait des interventions et des savoir-faire qui sont tout à fait représentatifs de différents secteurs de l’être et de la société", expliquait déjà en décembre 2019 l’ex-président de la Ligue contre le cancer Axel Kahn, dont le décès a été annoncé mardi 6 juillet. 

     

    Pour laisser un commentaire, Connectez-vous par ici.
    

    JDF