ePrivacy and GPDR Cookie Consent by Cookie Consent Fréquence médicale

Alimentation

Migraines : manger du poisson gras peut diminuer les crises

Un régime riche en graisses de poisson, et faible en graisses et huiles végétales, permet de réduire le nombre et l’intensité des crises chez les patients souffrant de migraines chroniques.

  • Par Jean-Guillaume Bayard
  • AlexPro9500/iStock
  • 02 Jul 2021
  • A A

    Il n’existe pour l’instant aucun traitement pleinement efficace contre les migraines chroniques alors que 42% des patients qui en souffrent estiment que cela leur gâche la vie. Des nombreux chercheurs planchent sur la découverte de traitements et assurent que le sport permet de réduire le risque, tout comme l’électrostimulation. Dans une nouvelle étude, parue le 1er juillet dans le BMJ, des chercheurs américains suggèrent que suivre un régime riche en graisses de poisson et faible en graisses et huiles végétales est une autre voie permettant de réduire le nombre et l’intensité des migraines.

    Agir au niveau du nerf trijumeau

    Les chercheurs se sont appuyés sur les résultats d’études antérieures. Celles-ci ont montré qu’un régime alimentaire pauvre en acide linoléique, qui est un acide gras polyinsaturé oméga-6 que l’on trouve notamment dans les huiles végétales, et riche en acides gras oméga-3, présents dans les poissons gras, réduit l’inflammation des tissus et des voies de traitement de la douleur liée à la migraine dans le nerf trijumeau, le plus grand et le plus complexe des 12 nerfs crâniens du corps.

    Trois régimes différents comparés

    Dans cette nouvelle recherche, les scientifiques ont examiné 182 adultes souffrant de migraines fréquentes. Les participants ont suivi un régime diététique de 16 semaines et reçu des kits de repas comprenant du poisson, des légumes, du houmous, des salades et des articles pour le petit-déjeuner. Un groupe a reçu des repas contenant des niveaux élevés de poisson gras ou d'huiles de poisson gras et une teneur réduite en acide linoléique. Un deuxième groupe a reçu des repas contenant des niveaux de poisson gras et d'acide linoléique plus élevés. Le troisième groupe a reçu des repas avec une teneur élevée en acide linoléique et des niveaux inférieurs de poisson gras.

    Pendant la durée de l’étude, les volontaires ont renseigné leur nombre de jours de migraine, leur durée et leur intensité, ainsi que la manière dont leurs maux de tête affectaient leurs capacités à fonctionner au quotidien et à quelle fréquence ils devaient prendre des analgésiques. Au début de l'étude, les participants souffraient en moyenne de plus de 16 jours de maux de tête par mois, plus de cinq heures de migraines par jour et avaient des scores de base montrant un impact sévère sur la qualité de vie malgré l'utilisation de plusieurs médicaments contre les maux de tête.

    Une réduction de la fréquence des maux de tête

    Les résultats ont révélé que le régime pauvre en huile végétale et plus riche en poisson gras a produit entre 30 et 40 % de réduction du nombre total d'heures de maux de tête par jour, d'heures de maux de tête graves par jour et de jours de maux de tête globaux par mois par rapport au groupe témoin. Les échantillons de sang de ce groupe de participants présentaient également des niveaux inférieurs de lipides liés à la douleur. Malgré la réduction de la fréquence des maux de tête et de la douleur, ces participants n'ont signalé que des améliorations mineures de la qualité de vie globale liée à la migraine par rapport aux autres groupes de l'étude.

    Cette recherche a trouvé des preuves intrigantes que les changements alimentaires ont le potentiel d'améliorer une douleur chronique comme la migraine”, s’est réjoui Luigi Ferrucci, auteur principal de l’étude. “C'est une preuve supplémentaire que les aliments que nous mangeons peuvent influencer les voies de la douleur”, abonde Chris Ramsden, qui a participé à l’étude.

    Pour laisser un commentaire, Connectez-vous par ici.
    

    JDF