ePrivacy and GPDR Cookie Consent by Cookie Consent Fréquence médicale

Quizz

Santé sexuelle : connaissez-vous la "cartographie de la vulve" ?

Sur les réseaux sociaux, des "cartographies de la vulve" sont partagées par de nombreux internautes. Leur but : mieux faire connaître le sexe féminin. 

  • Par Mathilde Debry
  • vvmich / istock.
  • 29 Mar 2021
  • A A

    Capuchon, clitoris, vestibule, petites et grandes lèvres… Depuis peu, des "cartographies de la vulve" circulent sur les réseaux sociaux, dans le but de mieux faire connaître le sexe féminin, encore obscure pour beaucoup d’hommes et de femmes.


    “Vulva mapping”

    Le “vulva mapping”, ou la “cartographie de la vulve”, est à la base un concept anglophone, qui consiste à nommer chaque partie du sexe féminin via des illustrations schématiques, et permettre notamment de le distinguer du vagin.

     
     
     
     
     
    Voir cette publication sur Instagram

    Une publication partagée par Coquillage & Clitoris (@lostintheshell)

    D’après un rapport du Haut Conseil à l’égalité remis en juin 2016, une fille de 15 ans sur quatre ne sait pas qu’elle possède un clitoris, et 83 % des collégiennes de 3e et 4e en ignorent son rôle. En France, plus d’1 femme sur 3 n’a jamais observé son intimité, selon un récent sondage de Terpan Prévention. 35% des sondées déclarent n’avoir jamais vu leur clitoris, et un autre tiers seulement une fois ou deux. Les raisons de ce tabou ? "Ce n’est pas beau", "Je n’ai pas ressenti le besoin de l’observer", ou encore "Je n’ai pas osé", expliquent les femmes de l’enquête.


    Manque d’enseignement de l’anatomie féminine

    Concernant la masturbation, 24% des répondantes avouent que leur première expérience n’a eu lieu que vers 18 ans et plus. Elles sont aujourd'hui 45% à avoir connu leur première masturbation entre 13 et 14 ans, 17% entre 15 et 16 ans, et 14% entre 16 et 17 ans.

    Pour les sondeurs, ces chiffres s’expliquent par un manque d’enseignement de l’anatomie féminine. "La représentation que l’on se fait du sexe féminin passe surtout par les pornos", rappelle Kamal Yahiaoui, président de Terpan Prévention. "Il règne même encore aujourd’hui une sorte d’obscurantisme clitoridien. Alors que le corps masculin et son anatomie bénéficient d’une exposition assumée à travers le temps, le corps féminin et son intimité restent cachés", conclut Kamal Yahiaoui.

     
     
     
     
     
    Voir cette publication sur Instagram

    Une publication partagée par Nabla Health ???????? (@nablahealth)

    Pour laisser un commentaire, Connectez-vous par ici.
    

    JDF