ePrivacy and GPDR Cookie Consent by Cookie Consent Fréquence médicale

Covid-19

#StopCouvreFeu : les réseaux sociaux s'enflamment contre les restrictions sanitaires

Sur Twitter, le hashtag #StopCouvreFeu fait partie des requêtes les plus partagées ce vendredi 19 février, tout comme le mot clef #StopDictatureSanitaire. Ils font suite à la publication d’un graphique, démontrant que les pays où le coronavirus circule désormais le moins sont ceux où les mesures anti-covid-19 sont les moins sévères. 

  • Par Mathilde Debry
  • @Université Johns Hopkins située à Baltimore, aux Etats-Unis.
  • 19 Fév 2021
  • A A

    Face aux restrictions sanitaires, il souffle un vent de révolte sur la Toile. Sur Twitter, le hashtag #StopCouvreFeu fait partie des requêtes les plus partagées ce vendredi 19 février, tout comme le mot clef #StopDictatureSanitaire. Ils font suite à la publication d’un graphique, démontrant que les pays où le coronavirus circule désormais le moins sont ceux où les mesures anti-covid-19 sont les moins sévères, voire inexistantes.


    "Cette mascarade doit s'arrêter"

    "Le masque ne sert à rien. Le couvre-feu ne sert à rien. Cette mascarade doit s'arrêter", juge ainsi une tweetos. "Couvre-feu de 18h00 à 6h00 du matin. Ce n'est pas quelques heures dans la soirée. C'est 12 HEURES sans le droit de sortir de chez vous. La moitié de vos journées, chaque jour", dénonce un autre membre du réseau social. "On voit très clairement une baisse significative du nombre de contaminations. Celle-ci est en outre plus importante dans les pays ne subissant aucune restriction. Il est temps de dire #StopCouvreFeu et de rouvrir nos musées, restaurants... en somme, de déconfiner nos vies !", plaide un troisième internaute.

    Le graphique qui fait tant réagir a été publié par le Johns Hopkins Coronavirus Resource Center (CRC), abondamment repris dans les médias depuis le début de la pandémie. Le centre se décrit comme "une source de données COVID-19 et de conseils d'experts continuellement mise à jour". "Nous rassemblons et analysons les meilleures données disponibles sur la COVID-19 - y compris les cas, les tests et les efforts de vaccination - pour aider le public, les décideurs politiques et les professionnels de la santé du monde entier à répondre à la pandémie", expliquent les scientifiques, qui sont rattachés à l’université Johns Hopkins, située à Baltimore (Etats-Unis).


    L'opposition vent debout

    Des membres de l’opposition, comme Florian Philippot (ex-RN), ont abondamment relayé le graphique du Johns Hopkins Coronavirus Resource Center (CRC) pour critiquer les mesures sanitaires françaises. "Cette courbe montre que la dynamique du virus est naturelle. Ça baisse même plus vite dans les pays sans restriction avec ouverture des restaurants et du reste ! Donc oui #StopCouvreFeu et vite ! Et ré-ouverture immédiate de tout en mode normal, fin du masque obligatoire !", estime le conseiller régional du Grand Est.

    Ce à quoi le ministre de la Santé Oliver Véran a répondu : "l’heure n’est au relâchement ni de nos efforts, ni de notre vigilance : le couvre-feu, la limitation des contacts, notre capacité à tester et à casser les chaînes de contaminations limitent la flambée épidémique. Il faut poursuivre dans cette voie et tenir ensemble".

    Pour laisser un commentaire, Connectez-vous par ici.
    

    JDF