ePrivacy and GPDR Cookie Consent by Cookie Consent Fréquence médicale

Coronavirus

Greffe de poumon chez un patient Covid-19 : une première en France

Le 1er novembre dernier, des médecins de l'hôpital Foch à Suresnes (Hauts-de-Seine) ont réalisé la première greffe de poumon sur un patient qui présentait une insuffisance respiratoire aigüe suite à une infection à la Covid-19.

  • Par Jean-Guillaume Bayard
  • photovs/iStock
  • 13 Nov 2020
  • A A

    C’est une première. Un patient qui a développé une insuffisance respiratoire aigüe à la suite d’une infection à la Covid-19 a subi une greffe de poumon. L’opération, la première pour un patient atteint du virus, a eu lieu le 1er novembre à l'hôpital Foch à Suresnes (Hauts-de-Seine). Celle-ci s’est bien déroulée. “Il faut cependant rester prudent, car la récupération d'un patient transplanté pulmonaire est souvent longue et parfois difficile”, a commenté le professeur Édouard Sage, responsable du programme de transplantation pulmonaire à l'hôpital Foch, dans un communiqué publié sur le site de l’établissement de santé.


    Une première française, pas mondiale

    Le virus a entraîné une “destruction quasi complète de ses deux poumons”, a précisé l’hôpital dans son communiqué. Le patient a d’abord été pris en charge au sein du service de réanimation du CHU de Lille avant de développer une forme sévère d’atteinte respiratoire. Son état n’a montré aucun signe d’amélioration et la transplantation pulmonaire est apparue comme la seule solution pour le sauver. “Le choix d'avoir recours à cette thérapeutique ultime et exceptionnelle n'est pas simple et est soumis aux résultats de nombreux examens complémentaires concordants, rappelle Édouard Sage. Ces derniers ont pour objectif de déceler les potentielles contre-indications qui provoqueraient l'échec de ce programme lourd.”

    Cette greffe n’est pas la première dans le monde. Aux États-Unis, à l’hôpital Northwestern de Chicago, une patiente âgée d’une vingtaine d’années seulement a subi une double greffe du poumon au mois de juin dernier. Là aussi la transplantation est apparue comme la dernière solution alors que ses poumons ont été détruits de manière “irréversible” par le virus. En Chine, des médecins ont réalisé une double greffe de poumon en mars derniers sur une sexagénaire gravement touchée par la Covid-19.

    Pour laisser un commentaire, Connectez-vous par ici.
    

    JDF