ePrivacy and GPDR Cookie Consent by Cookie Consent Fréquence médicale

Coronavirus

L’utilisation des réseaux sociaux pendant la pandémie a augmenté le risque de dépression

Les personnes qui ont massivement utilisé les réseaux sociaux depuis le début de la pandémie, notamment pour poster des photos d’eux et de leurs proches, sont davantage à risque de souffrir d’une dépression.

  • Par Jean-Guillaume Bayard
  • Wachiwit/iStock
  • 07 Oct 2020
  • A A

    Pendant la crise sanitaire, les restrictions sociales ont poussé de nombreuses personnes à se tourner massivement vers les réseaux sociaux. Ce fut surtout le cas durant la période de confinement, où les utilisateurs ont posté un grand nombre de photos d’eux et de leurs proches. Cette pratique n’est pas sans conséquence et augmenterait le risque de souffrir de dépression. C’est ce qu’affirme Alexandra Valéria, chercheuse à l'École doctorale de sociologie de l'université Eötvös Loránd, située à Budapest (Hongrie). Elle a publié les résultats de son étude le 5 août dernier dans l'European Journal of Social Sciences.


    Le temps passé sur les réseaux sociaux a largement augmenté

    La chercheuse s’est intéressée à la période de confinement pour étudier les différences d’utilisation des réseaux sociaux et leurs effets sur les personnes concernées. “Afin d'avoir un aperçu de l'évolution des modes d'utilisation des réseaux sociaux et de ses implications sur la santé mentale, nous avons examiné les réponses de 170 participants à l'aide d'un questionnaire en ligne de 20 questions pendant la première vague de Covid-19 en Hongrie. La collecte de données a eu lieu entre le 22 avril et le 11 mai 2020, pendant les mesures de confinement strictes, afin que les participants puissent percevoir les changements par rapport à la période pré-épidémique”, rapporte-t-elle.

    Les volontaires ont été invités à comparer leur utilisation des réseaux sociaux avant et pendant le confinement. Parmi eux, 19% ont reconnu avoir “beaucoup augmenté” leur utilisation et 36% ont avoué avoir “quelque peu” augmenté leur temps passé sur les réseaux sociaux. “Je n'avais pas d'autres choix que d'utiliser les médias sociaux beaucoup plus souvent, parce que l'école de mon enfant oblige les enseignants à rester en contact avec les parents grâce aux groupes Facebook”, a justifié l’un d’eux. Un autre a avoué avoir fait “une heure de chat vidéo chaque jour avec la famille et ses amis” pendant cette période.


    Le nombre de photos posté a plus que doublé

    Sur la toile, c’est surtout le nombre de photos et vidéos postées qui a explosé. Pas loin de 18% des interrogés ont estimé avoir publié des photos d’eux ou de leur proche pendant le confinement contre 8% avant cette période. Une habitude qui a plus que doublé avec, en tête, la publication de selfies qui ont été les posts de ce type les plus courants sur les différentes plateformes. Ces nouvelles habitudes pendant le confinement n’ont pas été sans conséquence. “Le plus important était de pouvoir faire la lumière sur les changements dans l'utilisation des médias sociaux pour se représenter, leur nature et les conséquences, même avec les défis méthodologiques et les contraintes imposées par l’épidémie”, a conclu la chercheuse.

    L’augmentation de la publication de contenu auto-représentatif pendant cette période a effectivement accru les risques de dépression. À travers un questionnaire, les chercheurs ont cherché à évaluer leur santé mentale afin de dépister la possible présence d’un trouble dépressif majeur. Ils ont demandé aux participants de répondre à la question : “Au cours des deux dernières semaines, à quelle fréquence avez-vous été dérangé par les problèmes suivants : avez-vous peu d'intérêt ou de plaisir à faire les choses et vous sentez-vous déprimé ou désespéré ?” Les réponses possibles étaient associées à des points : pas du tout (0 point), plusieurs jours (1 point), plus de la moitié des jours (2 points) et presque tous les jours (3 points). Un score d'au moins 3 indique la possibilité d'un trouble dépressif majeur et suggère que des examens complémentaires sont nécessaires. Résultats, 16% des participants ont obtenu un 3 ou plus. La probabilité de dépression majeure est plus élevée (19%) chez ceux qui ont partagé des photos d'eux-mêmes ou de leurs proches “plusieurs fois par jour”, voire “quotidiennement” sur Messenger, l’application la plus utilisée.

     

    Pour laisser un commentaire, Connectez-vous par ici.
    

    JDF