ePrivacy and GPDR Cookie Consent by Cookie Consent Fréquence médicale

Déconfinement

Ce qu'il est possible de faire ou non, depuis le 11 mai et après

Déplacements, loisirs, commerces… Depuis le 11 mai, les restrictions entrées en vigueur en France avec le confinement se lèvent peu à peu. "Pourquoi Docteur" fait le point sur ce que l'on a le droit de faire dès à présent et dans les semaines à venir.

  • Par Floriane Valdayron
  • Marcos Calvo/iStock
  • 19 Mai 2020
  • A A

    La levée du confinement le 11 mai n'est pas synonyme d'un retour à la normale. Afin d'éviter une deuxième vague, des restrictions sont toujours en vigueur en France, et, quelles que soient les autorisations progressivement accordées, elles sont sujettes au respect des gestes barrières. Ainsi, si les écoles primaires et maternelles ont rouvert leurs portes, seuls 15 élèves au maximum sont autorisés en classe. Les crèches, pour leur part, n'acceptent que 10 enfants au plus.

    Le 11 mai marque également la mise en circulation de davantage de transports en commun que pendant le confinement. Néanmoins, il est désormais obligatoire d'y porter un masque, sous peine d'une amende de 135 euros. Une somme cumulable avec une autre amende de 135 euros, applicable uniquement en Île-de-France aux heures de pointe, en semaine : seules les personnes ayant une justification sont autorisées à utiliser les transports en commun entre 6h30 et 9h30 et 16 heures et 19 heures. De même, la poursuite du télétravail reste vivement encouragée. 

    Des rassemblements publics autorisés mais limités à 10 personnes 

    Si l'attestation de déplacement dérogatoire appartient désormais au passé, il n'est tout de même pas possible de se rendre à plus de 100 kilomètres de son domicile. Seules dérogations : des motifs impérieux, comme des obligations professionnelles ou de l'aide à une personne vulnérable. Là-encore, en cas de non-respect, l'amende encourue s'élève à 135 euros. De même, depuis le 11 mai, les rassemblements publics sont de nouveau autorisés, mais dans la limite de 10 participants.

    Également pour respecter la distanciation sociale, il est toujours interdit de pratiquer des sports collectifs, de contact, ou d'intérieur – à l'instar des salles de fitness. Si les petits musées et bibliothèques ont pu rouvrir leurs portes, les grands établissements restent fermés, tel que le Louvre. Lorsque l'on habite dans un département classé en vert dans la carte du déconfinement, il est également possible de se rendre dans les parcs et jardins. Enfin, 20 personnes peuvent à présent assister aux cérémonies funéraires, même si les cimetières sont accessibles à tous depuis le 11 mai.

    Réouverture progressive des collèges depuis le 18 mai

    La levée du confinement marque la réouverture de tous les commerces, sauf les bars, restaurants et cafés. Pour les centres commerciaux de plus de 40 000 m2 ainsi que les marchés, c'est au préfet de donner l'accord final. Plus récemment, le 18 mai marque la réouverture progressive des collèges, du moins pour les élève de 6ème et 5ème.

    En revanche, plusieurs incertitudes persistent. Si la réouverture des lieux de culte avait été initialement fixée au 2 juin, le 18 mai, le Conseil d'État a ordonné au gouvernement de lever l'interdiction "générale et absolue" de réunion "dans un délai de huit jours". Il faudra également attendre le début du mois prochain, au minimum, pour que les Ehpad autorisent de nouveau les visites. Néanmoins, depuis le confinement, plusieurs établissements avaient mis en place des systèmes pour permettre à leurs résidents de voir leurs proches.

    Lieux culturels, restaurants… Des incertitudes persistent

    Si les conditions le permettent, le 2 juin pourrait également marquer la réouverture des lycées, des restaurants, des cafés, des bars, des grands musées, des cinémas, des théâtres, des salles polyvalentes et autres lieux culturels. Il faudra aussi attendre le début du mois prochain pour savoir si la réouverture des salles de sport et la reprise des sports collectifs et de contact pourront avoir lieu dans les semaines à venir.

    En revanche, si les plages auraient dû rester interdites d'accès jusqu'au 2 juin, le gouvernement a autorisé les préfets à rendre la décision d'ici-là, sur demande des maires. Les manifestations sportives ainsi que les évènements culturels rassemblant plus de 5 000 personnes ne devraient pouvoir reprendre avant le mois de septembre. Enfin, pour l'heure, la date du début des vacances d'été et celle de la rentrée scolaire demeurent inchangées.

    Pour laisser un commentaire, Connectez-vous par ici.
    

    JDF