Grossesse

Les phtalates augmentent le risque de pré-éclampsie

Les femmes enceintes fortement exposées aux phtalates ont plus de probabilité de faire une pré-éclampsie. 

  • Par Virginie Galle
  • Prostock-Studio / istock.
  • 10 Jun 2024
  • A A

    Selon une étude financée par le programme "NIH Environmental influences on Child Health Outcomes", une exposition importante à certaines substances chimiques appelées phtalates peut déclencher des complications pendant la grossesse. On parle ici notamment de la pré-éclampsie et de l'éclampsie. 

    Phtalates et pré-éclampsie : quelles sont les conclusions de l'étude ?

    Voici les principales conclusions de la recherche :
    -      le doublement des niveaux d'une molécule spécifique liée à l'exposition aux phtalates présents dans les plastiques PVC et les insectifuges - le phtalate de mono (3-carboxypropyle) (MCPP) - a augmenté de 12 % les chances de développer une pré-éclampsie ou une éclampsie.
    -      L'exposition à des niveaux élevés de plusieurs types de phtalates augmente de 27 % le risque de pré-éclampsie et d'éclampsie.
    -      Ces risques étaient généralement plus élevés pour les grossesses impliquant des fœtus de sexe féminin.

    "Les résultats de cette étude indiquent que l'exposition à certains phtalates présents dans les plastiques et d'autres produits de consommation peut être associée à des complications de la grossesse telles que la pré-éclampsie", écrivent les chercheurs à la fin de leur rapport.

    L'étude a porté sur 3.430 femmes enceintes qui ont été recrutées entre 1999 et 2019.

    Phtalates et pré-éclampsie : de quoi parle-t-on ? 

    Les phtalates sont des produits chimiques ajoutés aux plastiques pour les rendre plus flexibles et à certains objet cosmétiques pour conserver leur parfum. "Une certaine quantité de ces produits est relarguée dans l’environnement, y compris dans la nourriture et les boissons vendues dans certains contenants de plastique", indique l'Institut de cardiologie de Montréal.

    La pré-éclampsie est une maladie fréquente de la grossesse, associée à une hypertension artérielle et à l’apparition de protéines dans les urines. "La plupart des patientes accoucheront d’un bébé en bonne santé et se rétabliront rapidement. Toutefois, non traité, ce syndrome entraîne de nombreuses complications qui peuvent conduire au décès de la mère et/ou de l’enfant", indique l’Inserm.

    L’éclampsie est le terme qui renvoie à des crises convulsives, potentiellement fatales, provoquées par une hypertension artérielle intracrânienne chez la mère.

    Pour laisser un commentaire, Connectez-vous par ici.
    

    JDF