ePrivacy and GPDR Cookie Consent by Cookie Consent Fréquence médicale

Eczéma du nourrisson : une dermatite atopique qui va régresser

Publié le 07.10.2016
Mise à jour 07.10.2016
Mots-clés :
Eczéma du nourrisson : une dermatite atopique qui va régresser
tatyana_tomsickova/iStock

L’eczéma du nourrisson, ou « dermatite atopique », est une maladie inflammatoire de la peau qui provoque des démangeaisons et évolue par poussées. Elle associe sécheresse de la peau et lésions eczématiformes (rougeurs, démangeaisons, vésicules et croûtes) et est favorisée par une prédisposition génétique aux allergies.

Eczéma du nourrisson (dermatite atopique) : COMPRENDRE

Des mots pour les maux
L'eczéma du nourrisson est également appelé « dermatite atopique » ou « eczéma atopique ». Il était autrefois appelé « eczéma constitutionnel ».
Un « dermocorticoïde » est un corticoïde local à appliquer sur la peau en crème ou en lotion.

Qu'est-ce qu’un eczéma du nourrisson ?

L'eczéma du nourrisson, ou « dermatite atopique » est une maladie inflammatoire de la peau qui évolue par poussées et apparaît entre l'âge de trois mois et deux ans.
Cet eczéma chronique commence, en effet, très tôt dans la vie, évolue par poussées et disparaît souvent avant l'adolescence.
Les enfants allergiques sont génétiquement prédisposés (« terrain atopique familial ») : leur système de défense immunitaire est très réactif et leur peau présente une anomalie de la perméabilité.
La sècheresse de la peau des enfants atopiques, son irritabilité et son hyperréactivité s’associent une diminution des graisses à la surface cutanée et à des anomalies d’une protéine, la filaggrine, qui est normalement très importante pour assurer la cohésion de la couche cornée de la peau.
Les allergènes de l'environnement (pollens, poussières, savons…), normalement bien tolérés, vont pouvoir « pénétrer » plus profondément dans la peau et stimuler le système de défense immunitaire. Ce système immunitaire très réactif de la peau (« lymphocytes ») va réagir de façon excessive à ce qu'il considère comme une agression et entraîner les signes cliniques de l’eczéma : démangeaisons, inflammation et suintement.

Quels sont les signes de l’eczéma ?

L’eczéma du nourrisson et de l’enfant se manifeste par des plaques rouges qui démangent fortement (« prurit »). La démangeaison est parfois difficile à reconnaître chez le tout petit enfant, mais elle est souvent à l'origine de troubles du sommeil.
Ces plaques rouges s’accompagnent de « surélévations » (petits boutons) donnant à la peau un aspect rugueux. Ces surélévations vont ensuite se transformer en fines vésicules qui évoluent vers la rupture avec suintement d’un liquide translucide, puis formation de croûtes jaunâtres.
La peau est sèche en dehors des zones atteintes par l’eczéma.
Des périodes de poussées sont entrecoupées de périodes de rémission (sans eczéma), de durée variable.
Les localisations des plaques d’eczéma sont très particulières et varient selon l’âge mais elles sont symétriques.
• Chez le nourrisson, ce sont les parties bombées du visage qui sont touchées, le front, les joues, le menton, en épargnant le pourtour des yeux, le nez et la bouche). La face externe des bras et les cuisses sont fréquemment touchées. Habituellement, les zones situées sous la couche neprésentent pas de lésions.
• Chez l’enfant de plus de 2 ans, les lésions sont surtout localisées au niveau des plis (cou, pli situé sous les oreilles, coudes, genoux), des mains, des poignets et des chevilles, et plus rarement les bras et les jambes. Au niveau des parties atteintes, la peau a davantage tendance à s'épaissir.
La plupart des lésions apparues dans l’enfance disparaissent à l’adolescence. Si elles persistent, la peau s'épaissit et une sécheresse apparaît.

Quelles sont les causes de l’eczéma ?

Les nourrissons atteints d'eczéma sont souvent ceux qui ont un terrain allergique familial ou « terrain atopique ». Chez ces enfants, l’atteinte de la peau peut être liée à une allergie alimentaire (œufs, protéines du lait de vache, arachide) ou à une allergie de contact (acariens, poil d'animal, pollen, produits de toilette, lessives ou adoucissants).
La fréquence des maladies allergiques a très fortement augmenté au cours des dernières décennies dans les pays industrialisés ou à niveau socio-économique élevé et cela serait en lien avec une hygiène excessive durant la petite enfance. La théorie dite « hygiéniste » de l’allergie suggère que les changements profonds de mode de vie ont un impact important sur le fonctionnement de notre système immunitaire. Cette théorie oppose deux catégories de personnes. Celles vivant en milieu rural, dont le système immunitaire est stimulé très tôt dans l’enfance par des antigènes nombreux et très variés. Le « système immunitaire inné » de ces personnes a été éduqué et elles développeront peu de manifestations allergiques. A l’opposé, on trouve les personnes vivant en milieu urbain et très hygiénique, dont le système immunitaire est soumis à peu d'antigènes différents, mais en plus grande quantité et plus souvent, et qui développent nettement plus de manifestations allergiques.
La « mauvaise » éducation du « système immunitaire inné » dans la petite enfance aboutirait à une modification de l'équilibre du fonctionnement du système immunitaire et à l’apparition plus fréquente d’une « atopie ».

Quels sont les facteurs déclencheurs de l’eczéma ?

Les poussées de d’eczéma sont favorisées par le contact avec des irritants comme le savon, les détergents, les tissus rêches, certains aliments, la chaleur et la sueur.
La sécheresse de l'air ambiant peut également engendrer des démangeaisons et une poussée d'eczéma.
Il est donc important d'éviter tout ce qui peut agresser la peau et d'éliminer ces substances de l'environnement ou au moins en contrôler les effets.

Quelle est l’évolution de l’eczéma ?

L’eczéma atopique apparaît habituellement dans les premiers mois de vie. Il évolue ensuite en alternant poussées et phases d'accalmie.
Selon les enfants et sa gravité, l’évolution peut durer de plusieurs mois à plusieurs années. Il n'y a pas d'âge prévisible de disparition de la dermatite atopique.
La majorité des eczémas de l’enfance s’améliorent, puis disparaissentprogressivement au cours de l'enfance.
La persistance d'un eczéma à l’adolescence et à l’âge adulte est cependant possible. Il est le plus souvent localisé.

Quelles sont les complications de l’eczéma ?

Dans quelques cas, des complications peuvent survenir et en particulier une surinfection bactérienne par grattage des lésions d'eczéma. La surinfection est liée au staphylocoque et peut être responsable d’une infection sévère de la peau ou « impétigo ».
Une surinfection virale grave peut survenir en cas de contact des lésions avec le virus de l’herpès, qui est un virus très fréquent dans l’environnement (« herpès labial »). Dans ce cas, une fièvre, un mauvais état général et une aggravation des lésions cutanées doivent amener à consulter en urgence.
Un retard de croissance peut être observé dans les cas graves, mais il se corrige souvent de façon spectaculaire quand l’eczéma est traité efficacement.
Sans que l’on sache s’il existe un lien de cause à effet, les enfants qui ont présenté un eczéma dans leur petite enfance ont un risque plus élevé de développer un asthme, dans 50 % des cas, ou une rhinite allergique (ou « rhume des foins »), dans 30 % des cas.

Eczéma du nourrisson (dermatite atopique) : DIAGNOSTIC

Comment diagnostiquer un eczéma ?

Le diagnostic est uniquement clinique. L’eczéma est une maladie dont la topographie, l'aspect et la chronologie des lésions ne laissent pas de place au doute. Le diagnostic est toujours fait par l'examen du médecin et l'interrogatoire. Un bilan allergologique n'est utile que dans certains cas restreints et, en particulier, lorsque l'état d'un enfant ne s'améliore pas malgré un traitement adapté et correctement suivi, en cas de troubles de la croissance, si un enfant a des signes associés évocateurs d'une allergie alimentaire (urticaire, œdème localisé) ou d'une allergie respiratoire (asthme ou rhinite).
Chez le tout petit enfant, l'association de signes digestifs, tels que diarrhée ou régurgitations, à une dermatite atopique, doit faire évoquer la possibilité d'une allergie alimentaire associée.

Quand faut-il consulter un médecin ?

Il faut consulter un médecin rapidement :
• Dès que l'enfant présente les premiers signes qui font penser à de l'eczéma.
• Si les plaies s'infectent, que du pus apparaît et en cas de fièvre.
• Si l'eczéma s'aggrave de manière importante (pustules ou croûtes inhabituelles).
• Si le nourrisson ne cesse de se gratter et que cela l’empêche de dormir.
• Si le nourrisson arrête de prendre du poids, ce qui peut témoigner d’une allergie alimentaire associée.

Eczéma du nourrisson (dermatite atopique) : TRAITEMENT

Que peut-on faire en cas d’eczéma ?

Des mesures d'hygiène au quotidien augmentent l'efficacité du traitementprescrit par le médecin et préviennent les rechutes. Les soins locaux sont indispensables car ils permettent de rétablir la barrière cutanée compromise par l’eczéma.
• Il ne faut laver qu’une seule fois par jour le bébé. Il est possible de lui donner des bains gras : dans une eau à 36 °C, il suffit de mélanger une cuillerée à soupe d'huile de vaseline (disponible en pharmacie). Il faut ensuite le sécher en le tamponnant avec une serviette en coton.
• Le bébé qui souffre d’un eczéma doit être lavé avec du savon doux ou surgras, en bannissant les savons parfumés ou contenant des colorants.
• Il faut appliquer plusieurs fois par jour sur sa peau une crème hydratante ne contenant ni colorant, ni parfum, ni agent de conservation, ni huile d'arachide, d'amande ou de sésame, ni protéines de blé ou d'œuf.
• Pour ramollir ses croûtes, puis les détacher avec précaution, il est possible de demander à son pharmacien de préparer du « cérat frais de Galien modifié », un mélange de cire blanche d'abeille, d'eau distillée de rose, de borate de sodium et d'huile de paraffine.
• Il faut veiller à ce que les ongles du bébé soient bien coupés ou lui mettre des gants en coton.
• Pour calmer les démangeaisons, il est possible de pulvériser les lésions avec un brumisateur d'eau minérale.
Aucun régime, par exemple avec des huiles riches en acides gras insaturés de type oméga 6 ou oméga 3, ne s'est montré efficace dans le traitement de l’eczéma.
La plupart des vaccinations peut être réalisée normalement. Seule une allergie à l'œuf avérée peut contre-indiquer certains vaccins tels que ceux contre la grippe ou la fièvre jaune. Un avis spécialisé peut alors être utile dans cette situation très particulière.
Il ne faut pas hésiter à demander conseil et la Fondation de l’Atopie a développé des « écoles de l’atopie » où il est possible d’apprendre tous les gestes nécessaires.

Quel est le traitement de l’eczéma ?

L'eczéma est une affection chronique qui évolue par poussées, entrecoupées d'épisodes d'accalmie. L’eczéma est donc une maladie dont le traitement s'inscrit dans la durée.
• Le traitement de l’eczéma du nourrisson repose sur l’utilisation de médicaments corticoïdes locaux, ou « dermocorticoïdes », disponibles uniquement sur ordonnance, dont il convient de respecter strictement les posologies prescrites.
Il est possible de les utiliser sous forme de crème (pour les lésions suintantes, les plis) ou de pommade (pour les peaux sèches et épaissies).
L'application doit se faire une fois par jour, de préférence le soir au coucher ou après le bain, sur les zones de peau avec des lésions. Il n'est pas nécessaire de masser ou de mettre une couche épaisse de produit. Il est nécessaire de poursuivre le traitement jusqu'à la disparition complète des lésions d'eczéma atopique. En pratique, les médecins préfèrent prescrire des dermocorticoïdes suffisamment puissants sur des durées courtes.
Ce traitement est efficace en cas de poussée d'eczéma pour calmer l'inflammation et les démangeaisons, mais il ne permet pas de prévenir les récidives. Lorsque les lésions ont disparu, il n'est donc pas utile de continuer à appliquer le dermocorticoïde local.
Il est utile de compter les tubes de dermocorticoïdes utilisés entre deux consultations médicales. En effet, cela peut aider votre médecin à apprécier l'évolution de l'eczéma atopique de l’enfant.
Les dermocorticoïdes ont une mauvaise réputation avec la crainte d’effets indésirables (fragilisation de la peau, infection, accoutumance, retentissement sur la croissance chez l'enfant) qui sont en pratique très rarement observés. Ils n'apparaissent qu'à la suite d'un traitement trop intense et trop prolongé. Au contraire, dans la réalité, le traitement est souvent insuffisant du fait d'une sous-utilisation du corticoïde prescrit, à cause justement de la crainte de ces effets secondaires, et cette crainte est à l'origine d’échecs au traitement.
• Lorsque les lésions d'eczéma démangent et sont gênantes, le médecin peut prescrire un antihistaminique H1 pour permettre de soulager les démangeaisons associées à l'eczéma. Son efficacité n’est pas totalement démontrée.
• En cas de surinfection bactérienne et uniquement dans ce cas, le médecin peut prescrire des antibiotiques, locaux ou par voie orale, ainsi que des antiseptiques.
• La sécheresse de la peau est l'une des caractéristiques de la dermatite atopique. L'utilisation de crèmes émollientes et hydratantes fait partie intégrante du traitement car elle permet de prévenir les poussées d'eczéma et l'irritation de la peau. Elles doivent être appliquées partout, en dehors des zones inflammatoires, et tous les jours.
• Chez les enfants de plus de deux ans et les adultes qui souffrent d’un eczéma modéré à sévère et n'ayant pas répondu de façon adéquate aux dermocorticoïdes, il est possible d'appliquer un immunomodulateur local ou « IML » (pommade contenant du tacrolimus ou du pimécrolimus). Le tacrolimus va agir sur le système immunitaire de la peau. Cette prescription est réservée aux dermatologues et aux pédiatres.
Le tacrolimus à 0, 03 % peut être utilisé dans la dermatite atopique modérée à sévère de l'enfant de plus de deux ans à raison de 2 applications par jour sur toute la surface à traiter, jusqu'à disparition des lésions. Il peut être utilisé en cure courte ou en traitement au long cours intermittent. Le tacrolimus à 0, 1 % est utilisé principalement dans les atteintes faciales de l'adulte.
La prescription du tacrolimus se fait sur ordonnance pour médicaments d'exception et est réservée aux dermatologues et aux pédiatres.
En cas de surinfection cutanée, un traitement antibiotique est nécessaire avant d'instaurer le traitement. La présence d'une infection herpétique évolutive est une contre-indication transitoire aux immunomodulateurs locaux.
• Dans les cas sévères de dermatites atopiques, ou qui résistent au traitement de première intention bien conduit, on peut avoir recours à la photothérapie par les UVA ou les UVB.

Eczéma du nourrisson (dermatite atopique) : PREVENIR

Comment prévenir un eczéma ?

S'il existe des antécédents de maladies allergiques dans la famille, il est conseillé d’allaiter le bébé le plus longtemps possible.
Si ce n’est pas possible, il faut prévoir avec le médecin traitant l’alimentation avec des laits spéciaux qui existent pour les enfants issus de familles allergiques (« terrain atopique ») et pour ceux qui sont allergiques aux protéines de lait de vache.
Il faut éviter de diversifier trop tôt l’alimentation du nourrisson.

Comment prévenir une récidive d’eczéma ?

Pour prévenir les poussées d’eczéma chez un nourrisson prédisposé, il faut éviter les facteurs allergiques qui semblent favoriser le déclenchement des poussées (aliment, poil...).
Il faut privilégier le port de vêtements et les draps de coton qui sont à laver avec du savon de Marseille en paillettes et sans adoucissant.
Il est également nécessaire d’aérer régulièrement la chambre de l’enfant en son absence et de laver régulièrement ses peluches au savon de Marseille.

Eczéma du nourrisson (dermatite atopique) : PLUS D’INFOS

L’eczéma du nourrisson en France

En France, l’eczéma du nourrisson est de plus en plus fréquent et il toucherait plus de 10 % des nourrissons.

Les liens de l’eczéma

Le site de l’Association Française de l’Eczéma
http://associationeczema.fr/
Le site de la Fondation Dermatite atopique
http://www.fondation-dermatite-atopique.org/fr
Le site de la Société Française de Dermatologie
http://dermato-info.fr/article/La_dermatite_atopique

Les liens Pourquoi Docteur

Eczéma : les démangeaisons poussent à adopter une mauvaise hygiène de vie
L’eczéma de l’enfant persiste toute la vie
Deux nouveaux conservateurs responsables d’eczéma

You tube

Pour laisser un commentaire, Connectez-vous par ici.


JDF