ePrivacy and GPDR Cookie Consent by Cookie Consent Fréquence médicale

Ampoule : une réaction de défense de la peau au frottement exagéré

Publié le 25.07.2016
Mise à jour 25.07.2016
Mots-clés :
Ampoule : une réaction de défense de la peau au frottement exagéré
grinvalds/iStock

Une ampoule est une cloque sur la peau qui se forme généralement lorsque celle-ci est soumise à des frottements répétés. A l’endroit du frottement, la peau devient rouge, douloureuse, une cloque apparaît et se remplit d’un liquide clair.

Ampoule : COMPRENDRE

Des mots pour les maux
Une « phlyctène » est le terme médical qui désigne une ampoule, une bulle ou une cloque.
La peau est constituée de plusieurs couches et lors d’une ampoule, la partie superficielle de la peau, « l’épiderme », se décolle.

Qu'est-ce qu’une ampoule ?

Une ampoule est une cloque sur la peau qui est le plus souvent secondaire à un frottement local répété et exagéré. Les ampoules sont souvent localisées sur les mains et les pieds.
La peau devient d’abord rouge et douloureuse à l’endroit du frottement exagéré. La couche extérieure superficielle de la peau, « l’épiderme », se décolle alors de la couche plus profonde, le « derme ». Il se forme alors une petite poche qui se remplit d’un liquide clair et séreux. Cette réaction naturelle sert à protéger la peau sous l’ampoule, pour éviter des lésions de la couche profonde.
Parfois, l’ampoule est remplie de sang. Elle peut même se remplir de pus lorsqu’elle s’est infectée.

Quelles sont les causes de l’ampoule ?

Le frottement exagéré sur la peau est la cause principale. Des chaussures neuves ou mal adaptées et une marche trop longue peuvent causer des ampoules sur les pieds. Un travail trop intense avec un outil peut provoquer une ampoule sur des mains non habituées et non protégées.

Avec quoi peut-on confondre une ampoule ?

Certaines circonstances ou maladies peuvent provoquer des cloques comparables aux ampoules. Une brûlure au contact d’un objet chaud peut être responsable d’une cloque, de même qu’une exposition prolongée au soleil. Des infections virales (varicelle, herpes et zona) ou bactériennes (impétigo), ainsi que des allergies à des médicaments et des maladies auto-immunes (dermatose bulleuse) peuvent provoquer des cloques.
Le point essentiel est que ces cloquent ne se produisent pas au niveau d’une zone de frottement et qu’elles peuvent être multiples.

Quelles sont les complications ?

L’ampoule est une affection bénigne de la peau dans la très grande majorité des cas. Elle peut néanmoins se compliquer d’une surinfection avec augmentation de la douleur et de la rougeur et formation de pus.
Les ampoules sont plus graves chez des personnes souffrant d’un diabète ou d’une artérite des membres inférieurs doivent être surveillées avec beaucoup d’attention car le risque d’infection est élevé et, du fait de la mauvaise circulation dans le pied, les conséquences peuvent être graves.
Enfin, les ampoules qui surviennent en dehors d’un contexte de frottement sont plus à risque de complications.

Ampoule : QUE FAIRE ?

Que peut-on faire en cas d’ampoule ?

• Au stade de rougeur due à un frottement, par exemple sur un pied traumatisé par une chaussure, il faut intervenir avant la formation de l’ampoule en appliquant un film-pansement sur la zone et en améliorant le chaussage ou en mettant des gants.
• Une ampoule banale de petite taille ne doit pas être percée. Pour éviter l’infection, il suffit de la désinfecter avec un antiseptique et de la recouvrir d’un film-pansement. Elle se résorbe en quelques jours et guérit sans complications.
• Une ampoule de grande taille, douloureuse, peut être percée pour soulager la douleur. L’aiguille doit être désinfectée avec un antiseptique est introduite sur le bord de l’ampoule. Une fois le liquide vidé, la peau qui recouvre la cavité doit être conservée pour protéger l’ampoule de l’infection et elle va se recoller. Après désinfection, l’ampoule est recouverte d’un pansement stérile.
• Dans certains cas, en particulier quand l’ampoule est de très grande talle, le percement de l’ampoule va conduire au recollement de la peau au niveau de l’orifice, mais le liquide pourra se reformer à distance. Il est alors possible d’envisager de transpercer l’ampoule en y passant un fil désinfecté et en l’y laissant quelques heures : il fera office de drain et facilitera l’évacuation du liquide (qui va se reformer pendant quelques heures). Il sera ensuite retiré au bout de 24 à 48 heures en tirant simplement et doucement dessus.
Si la peau est partie et que la chair est à vif, il faut utiliser, après désinfection simple, un « pansement hydrocolloïde » ou un « hydrogel » qui favoriseront la cicatrisation et la formation d’une nouvelle couche superficielle de la peau (« réépithélialisation »). Les pansements hydrocolloïdes se gardent plusieurs jours (2 à 3 jours) et permettent le développement de la peau en milieu humide (le pansement va gonfler) et sans adhésion de la nouvelle peau au pansement. Alors qu’avec un pansement normal, qu’il faut changer plus régulièrement, la peau en formation va coller au pansement et va être arrachée à chaque fois qu’il faudra changer le pansement, ce qui retarde la cicatrisation.

Quand faut-il consulter un médecin ?

Il faut consulter rapidement un médecin, si l’ampoule n’est pas due à un frottement, en cas d’infection (douleur, pus, fièvre) et surtout en cas de maladie associée : diabète, artérites des membres inférieurs, baisse de l’immunité.
Dans le diabète, il faut savoir que lésions profondes sont souvent beaucoup plus importantes que celles en surface et qu’une simple ampoule peut correspondre à des lésions qui peuvent nécessiter une hospitalisation.

Pour laisser un commentaire, Connectez-vous par ici.


JDF