ePrivacy and GPDR Cookie Consent by Cookie Consent Fréquence médicale

Régurgitations du nourrisson : sans gravité, elles sont trop souvent traitées

Publié le 15.02.2017
Mise à jour 15.02.2017
Régurgitations du nourrisson : sans gravité, elles sont trop souvent traitées
olesiabilkei/iStock

Les régurgitations du nourrisson, ou reflux gastro-œsophagien (RGO), sont un problème très fréquent et le plus souvent temporaire avant 3 mois. Elles disparaissent le plus souvent sans traitement après 6 mois dès que l’alimentation se diversifie et que l'enfant se tient assis puis debout.

Régurgitations du nourrisson : COMPRENDRE

Des mots pour les maux
Le « reflux gastro-œsophagien » (ou RGO) bénin se manifeste chez le nourrisson par des régurgitations de lait sans effort.
Le « cardia » est l’orifice supérieur de l’estomac où se termine l’œsophage. Son mauvais fonctionnement est responsable du RGO.

Qu'est-ce que la régurgitation du nourrisson ?

Les « régurgitations », ou « reflux gastro-œsophagien », correspondent au reflux du contenu de l’estomac vers la bouche.
Elles surviennent sans effort, contrairement aux vomissements, parfois à l’occasion d’un rôt et sont indolores, souvent avant l’âge de 3 mois, chez le nourrisson qui n’a pas acquis la position assise. Les régurgitations surviennent généralement après les repas et sont favorisés par l’alimentation liquide et les changements de position.
La majorité des nourrissons (70 à 80 %) régurgitent avant l’âge de quatre mois, certains plus que d’autres. Ils peuvent régurgiter tout de suite après la tétée ou un peu plus tard.
Même si les régurgitations peuvent sembler importantes, il s’agit bien souvent d’une petite quantité de lait. Il s’agit alors de reflux gastro-œsophagiens bénins qui guérissent spontanément sans traitement.

Quelles sont les causes des régurgitations ?

Les régurgitations sont dues au fait que, chez les bébés, en particulier avant 3 mois, la valve physiologique du bas œsophage (« sphincter inférieur de l’œsophage »), qui empêche le lait de remonter de l’estomac vers la bouche, n’est pas complètement développée. De plus, l’estomac des petits bébés a une faible capacité et il est souvent distendu après chaque tétée.
Les régurgitations diminuent généralement vers 6 mois et cessent habituellement complètement vers 1 an quand le fonctionnement de la valve s’est renforcé.
Certains facteurs augmentent le risque de reflux. Il s’agit des anomalies de l’œsophage (sténose du pylore opérée, hernie hiatale), des maladies chroniques du poumon (mucoviscidose) ou des troubles du développement psychomoteur.
Chez les nourrissons qui souffrent d’une œsophagite chronique, il est possible d’observer une érosion des dents due à l’acidité du reflux, voire un torticolis, secondaire à la contracture des muscles du cou. Un reflux acide peut également être à l’origine d’otite, de laryngite, de toux à répétition, voire de manifestations ressemblant à un asthme.

Quelles sont les complications des régurgitations ?

Près de neuf fois sur dix, les régurgitations n’ont pas de caractères de gravité. Mais la survenue de certains signes doivent faire craindre l’apparition d’un « reflux pathologique » : douleurs à l’origine de pleurs, refus de s’alimenter, traces de sang dans le lait régurgité, absence de prise ou perte de poids. Ces signes témoignent d’une « œsophagite », c’est-à-dire d’une inflammation de l’œsophage produite par l’acidité du contenu gastrique.
Il faut alors consulter un médecin pour traiter ce reflux gastro-œsophagien pathologique qui peut en outre favoriser la survenue de rhinopharyngites, de sinusites, d’une toux chronique et d’otites.

Régurgitations du nourrisson : QUE FAIRE ?

Que peut-on faire en cas de reflux chez le nourrisson ?

Le reflux disparaît dans la majorité des cas après l’âge de 6 mois. En attendant sa disparition, il est possible de mettre en place quelques mesures diététiques et positionnelles simples :
- Respecter scrupuleusement le mode d’emploi du lait en poudre.
- Pratiquer des pauses lors de la tétée pour permettre au bébé de faire un rot.
- Certains laits épaissis sont disponibles dans le commerce pour diminuer les régurgitations, à condition de demander conseil au médecin.
- Dans son lit, positionner le nourrisson sur le dos, ne pas le coucher immédiatement après la tétée.
- Il existe, sur prescription médicale, des matelas inclinés à 30° qui permettent une position de couchage diminuant le reflux.
- En cas d’œsophagite diagnostiquée par un médecin, des médicaments anti-sécrétoires gastriques et antiacides sont prescrits.

Quand faut-il consulter un médecin ?

Il faut consulter un médecin :
- En cas de signes de douleur : pleurs, cris.
- Si les régurgitations sont très abondantes, avec des traces de sang.
- En cas de stagnation ou de perte de poids.
- En cas de rhinopharyngites, otites, sinusites ou infections pulmonaires à répétition.

Que fera le médecin devant un reflux ?

Devant un reflux bénin (situation la plus fréquente), le médecin fera un examen clinique simple et indiquera quelques mesures diététiques et positionnelles simples pour atténuer les problèmes.
Lorsque le reflux s’accompagne de signes d’œsophagite ou en cas de mauvaise réponse aux mesures simples mises en place pour lutter contre les régurgitations, le médecin pourra prescrire un ou plusieurs examens complémentaires :
• La pH-métrie consiste à introduire dans le nez du bébé une sonde munie d’une électrode qui sera positionnée en bas de son œsophage. La sonde enregistrera les variations du pH (mesure du caractère acide ou basique) sur 18 à 24 heures. Le pH du bas œsophage est acide (pH bas) lorsque du liquide gastrique remonte dans l’œsophage.
• La fibroscopie œsogastrique consiste à visualiser l'intérieur de l'œsophage et de l'estomac à l’aide d'un tube optique souple. Elle permet d’apprécier les conséquences du reflux sur la muqueuse de l’œsophage, pour détecter la présence éventuelle d’une « œsophagite ».
Si nécessaire, d’autres examens peuvent être demandés : transit œsogastroduodénal (examen radiologique du tube digestif), manométrie œsophagienne (étude des pressions et de la motricité du bas de l’œsophage)...

Quel est le traitement en cas de reflux avec œsophagite ?

En cas d’œsophagite, un traitement médical s’ajoute aux mesures diététiques et positionnelles déjà prescrites.
Des « anti-sécrétoires-gastriques » ou « antiacide » (par exemple, oméprazole) peuvent être prescrits pour soulager les signes et favoriser la cicatrisation de l’œsophage. Mais ces médicaments sont inutiles sur le long terme.
Le traitement chirurgical de correction du reflux est exceptionnel.

Régurgitations du nourrisson : PLUS D’INFOS

Les régurgitations du nourrisson en France

Des épisodes de régurgitation et de reflux surviennent chez près de la moitié des enfants dans les trois premiers mois de vie avant de régresser avec l’acquisition de la position assise et debout (5 % entre dix et douze mois).

Les liens

Le site de l’Hôpital de Montréal pour enfants
http://www.hopitalpourenfants.com/infos-sante/pathologies-et-maladies/ces-bebes-qui-regurgitent

Les liens Pourquoi Docteur

Coliques, reflux : un probiotique pour soulager les bébés
RGO : 1 enfant sur 2 est traité pour rien
Reflux gastro-œsophagien: une brûlure acide qui monte du ventre vers la poitrine
Nausées et vomissements chez l’enfant : éviter la déshydratation
Les traitements anti reflux gastrique associés à une carence en vitamine B12

Pour laisser un commentaire, Connectez-vous par ici.


JDF