ePrivacy and GPDR Cookie Consent by Cookie Consent Fréquence médicale

Coup de chaleur, insolation : une hyperthermie à ne jamais négliger

Publié le 04.07.2016
Mise à jour 02.08.2017
Coup de chaleur, insolation : une hyperthermie à ne jamais négliger
vvvita/iStock

Le coup de chaleur, ou « hyperthermie », est provoqué par une exposition trop longue à une forte chaleur. Il touche principalement les enfants et les personnes âgées et ses conséquences peuvent être graves (déshydratation et arrêt cardiaque).

Coup de chaleur : COMPRENDRE

Des mots pour les maux
« L’hyperthermie » est l'élévation de la température du corps au-dessus de la valeur normale de 37 à 37,5 °C.
« L’insolation » est une forme plus légère d’hyperthermie (la température y est moins élevée que dans le coup de chaleur où elle atteint et dépasse les 40°C. Elle est provoquée par une exposition au soleil.
La « déshydratation » est un manque d'eau et de sels minéraux dans l’organisme qui survient lorsque des pertes d'eau dues, par exemple à une transpiration excessive, ne sont pas compensées correctement.

Qu'est-ce que le coup de chaleur ?

Le coup de chaleur, ou « hyperthermie » est la réaction de l’organisme à une exposition à une trop forte température pendant une durée trop longue (par exemple jour et nuit).
Le corps lutte contre la chaleur en transpirant. L’évaporation de la sueur consomme en effet des calories et refroidit la peau. Lorsque le climat est chaud et humide, et en particulier si la personne fait des efforts physiques et boit trop peu, ou chez le sujet âgé en cas de canicule, ce mécanisme de thermorégulation se révèle insuffisant et la température interne du corps augmente dangereusement : c’est le coup de chaleur ou « hyperthermie ».
Le coup de chaleur survient donc quand les mécanismes naturels de lutte contre l’élévation de température du corps, comme la transpiration, sont dépassés. La température corporelle dépasse alors 40°C, c’est « l’hyperthermie ».
Le coup de chaleur peut se compliquer d’une « déshydratation » quand les pertes en eau et en sels minéraux (qui sont contenus dans la sueur) ne sont plus compensées par les apports de l’alimentation et des boissons.

Comment se manifeste un coup de chaleur ?

L’élévation de la température corporelle s’accompagne d’une sensation de chaleur et d’une soif importante (qui traduit la déshydratation). Des maux de tête surviennent avec une rougeur et une sécheresse de la peau et des muqueuses, des nausées, des vomissements, parfois des crampes musculaires et des troubles du comportement et de la conscience comme une somnolence ou un évanouissement.
Les nourrissons peuvent se déshydrater en quelques heures, ce qui se traduit par une baisse de tonus, un teint grisâtre, des yeux cernés, une peau et une langue sèches, de la fièvre, une perte de poids et, parfois, des convulsions.
Tous ces signes surviennent sur fond de grande fatigue et doivent alerter sur la gravité d’une maladie dont on sait qu’elle peut être mortelle.
La température corporelle normale est d'environ 37°C, mais lors d'un coup de chaleur, elle passe à 40°C et plus, ce qui le distingue des autres troubles liés au soleil, comme par exemple l'insolation, où l'on ne constate qu'une fièvre légère.

Quelles sont les causes du coup de chaleur ?

Il survient après un séjour dans un endroit surchauffé. C’est le cas dans une pièce mal ventilée lors d’une canicule ou dans une voiture fermée et stationnée en plein soleil.
Les personnes les plus à risque sont les personnes âgées en raison de leur faible sensibilité à la soif, les jeunes enfants qui se déshydratent très vite et dont le système de régulation thermique est encore immature, et les sportifs : une activité physique intense et prolongée chez un adolescent ou un adulte sportif peut aussi être la cause d’un coup de chaleur.C’est ce que l’on appelle le coup de chaleur d’exercice dont les conséquences peuvent être également graves.
Lors d’une canicule, la prise de certains médicaments (diurétiques, neuroleptiques) peut aggraver le risque lié au coup de chaleur

Coup de chaleur : QUE FAIRE ?

Comment éviter le coup de chaleur ?

En cas de forte chaleur, il est conseillé de séjourner dans des endroits bien ventilés ou dans des pièces climatisées, en particulier pour les individus à risque tels que les personnes âgées et les enfants. Il faut évidemment s’abstenir de rester dans un véhicule fermé, parqué en plein soleil.
Il est préférable de se vêtir d’étoffes légères de couleurs claires et de porter un couvre-chef ou de se tenir à l’abri du soleil.
Il est conseillé de boire régulièrement en quantité suffisante avant que la sensation de soif apparaisse.
Les nourrissons doivent être vêtus très légèrement quand il fait chaud et ne doivent pas être exposés au soleil.
L’activité physique et sportive n’est pas conseillée en cas de très forte chaleur. Le pratiquant doit s’hydrater régulièrement avec des solutés spécifiques (et pas de l’eau simple qui n’apporte que très peu de sels minéraux) et se protéger du soleil en évitant les heures les plus chaudes de la journée.

Quels sont les médicaments qui aggravent le risque lié à la chaleur ?

Les personnes qui prennent un traitement au quotidien doivent être particulièrement vigilantes en cas de canicule : certains médicaments, comme les neuroleptiques ou les vasoconstricteurs, peuvent perturber la réponse de l’organisme face aux températures extrêmes en empêchant la perte calorique (antiparkinsoniens, antidépresseurs...), ou en provoquant des troubles de l’hydratation (diurétiques), voire des hyperthermies (neuroleptiques, agonistes sérotoninergiques). Des médicaments très courants, les anti-inflammatoires non stéroïdiens (AINS) et les antibiotiques, peuvent également augmenter le risque d’altération de la fonction rénale. Il est nécessaire à la personne qui les prend de bien s’hydrater.

Que peut-on faire en cas de coup de chaleur ?

Dès les premiers signes, le malade doit être allongé à l’abri du soleil dans un endroit bien ventilé et le plus frais possible.
Il doit être vêtu le plus légèrement possible et il faut lui donner à boire, si possible avec des solutés de réhydratation que l’on trouve en pharmacie, à défaut avec un soda dégazéifié ou de l’eau sucrée avec un peu de sel.
Des serviettes humides peuvent être appliquées sur la peau pour faire baisser la température corporelle.
Le risque majeur de l’hyperthermie avec une déshydratation est l’arrêt cardiaque. Il faut donc toujours appeler un médecin et si l’arrêt survient, pratiquer un massage cardiaque et prévenir le 15.

Quand faut-il consulter un médecin ?

Même si la majorité des victimes de coup de chaleur guérissent sans complications, cette maladie doit être prise très au sérieux. Elle est potentiellement grave et chaque année, elle provoque des décès. C’est pourquoi un médecin doit être consulté dans tous les cas.
Certains signes doivent même déclencher une intervention d’urgence des secours médicaux : un malaise ou un évanouissement, des convulsions, une température corporelle qui dépasse 40°C, des signes de déshydratation tels qu’une langue sèche et des yeux cernés.

Pour laisser un commentaire, Connectez-vous par ici.


JDF