ePrivacy and GPDR Cookie Consent by Cookie Consent Fréquence médicale

Radio Santé Groupe VYV

Maladies inflammatoires : le risque cardiovasculaire de la corticothérapie plus grave qu'envisagé

Au sommaire de ce podcast sur "L'Actualité Médicale pendant la Pandémie", réalisé en partenariat avec le groupe VYV : le vaccin anti-Covid limite la transmission ; les risques cardiovasculaires associés à une corticothérapie prolongée ; vascularite à ANCA et inhibiteur du récepteur C5a ; myasthénie généralisée et modalité de la corticothérapie ; hospitalisations pour choc anaphylactiques d’origine alimentaire.

  • Par le Dr Jean-Paul Marre
  • Androlia/iStock
  • 24 Fév 2021
  • A A

    La Radio Santé du Groupe VYV s'associe à Fréquence Médicale et Pourquoi Docteur pour décrypter l'information médicale pendant la pandémie Covid-19 avec le Dr Jean-Paul Marre

    Le Dr Jean-François Lemoine, médecin-journaliste rapporte 2 études qui confirment que le vaccin anti-Covid limite la transmission, mais, il faudra probablement garder son masque pendant encore au moins une année

    Le Pr Gilles Montalescot, chef du service de cardiologie au CHU Pitié-Salpêtrière, nous explique que les risques cardiovasculaires associés à une corticothérapie prolongée, même à petite dose, sont plus étendus qu’initialement envisagés au cours des maladies inflammatoires chroniques.

    Et aussi :

    • Vascularite à ANCA, un inhibiteur du récepteur C5a transforme complètement le traitement en permettant d’arrêter la corticothérapie

    • Myasthénie généralisée, la décroissance plus rapide de la corticothérapie est possible, à condition de frapper plus fort initialement

    • La fréquence des hospitalisations pour choc anaphylactique d’origine alimentaire a augmenté en Grande-Bretagne, mais la mortalité a baissé

    Pour laisser un commentaire, Connectez-vous par ici.
    

    JDF