ePrivacy and GPDR Cookie Consent by Cookie Consent Fréquence médicale

Pneumologie

COVID 19 : pas de prédisposition des asthmatiques au risque de COVID 19 sévère

L’association de l'asthme non allergique avec le risque de COVID-19 sévère n’a pas été prouvée de façon significative. Le rôle de l’âge et des comorbidités semble prépondérant chez les asthmatiques ayant eu une pneumopathie à COVID 19. D’après un entretien avec Frédéric DE BLAY.

  • Par le Dr Anne-Christine DELLAVALLE
  • 27 Aoû 2020
  • A A

    Une étude, dont les résultats ont été publiés en juin 2020, dans le Journal of Allergy and Clincal Immunology, a cherché à démontrer que l’asthme pouvait représenter un facteur de gravité lors d’une infection par le COVID 19. La cause de la mortalité a été analysée, par une équipe anglaise, chez 9000 patients hospitalisés en réanimation. Au final, la significativité du lien entre asthme sévère et facteur de risque d’infection grave par le COVID 19 n’a pas été retrouvée en analyse multivariée.

     

    Une significativité non retrouvée en analyse multivariée

    Le Professeur Frédéric DE BLAY, chef de service de Pneumologie au CHU de Strasbourg, explique que ce sont les asthmes non atopiques qui font la spécificité des résultats de cette étude et que les asthmes atopiques ne sont pas responsables de la gravité de l’infection par le COVID 19. Il rappelle que l’asthme est un facteur de risque qui n’a pas été retrouvé dans les grandes cohortes chinoises et américaines. Il précise également, qu’en Alsace, sur 1300 patients COVID 19 sévères, moins de 5% étaient asthmatiques.

     

    Un rôle non négligeable des co-morbidités

    Frédéric DE BLAY relève qu’il n’y pas plus d’exacerbation de l’asthme chez les sujets atteints par le SARS COVID 19. Les cas graves sont essentiellement des asthmatiques sévères avec de multiples co-morbidités comme le grand âge, l’obésité, le diabète ou encore l’hypertension artérielle.  Pour Frédéric DE BLAY, ces facteurs jouent un rôle prépondérant dans la gravité de l’infection par le COVID 19, sans que l‘asthme y joue un rôle individuel.

     

    En conclusion, l’asthme sévère associé à des co-morbidités peut constituer un facteur de risque d’infection grave par le COVID 19 mais ce n’est pas le cas des asthmes atopiques.

    Pour laisser un commentaire, Connectez-vous par ici.
    

    JDF