La face cachée de l’Alzheimer

Les JDF ont choisi ce sujet, parce que parmi les préoccupations des médecins que nous avons pu relever, la situation des patients souffrant d’Alzheimer revient dans le peloton de tête, de façon constante. En particulier après la décision parue au Journal Officiel le 1er juin de ne plus rembourser les thérapeutiques prescrites pendant des années, à grand renfort de pub d’ailleurs au début. Retirées à juste titre probablement, mais remplacées par le néant d’une ordonnance vide d’espoir. Un casse-tête pour le médecin généraliste qui ne sait plus quoi raconter sur ce sujet.
Face cachée, parce que si l’on parle beaucoup de prévention et de dépistage, on a l’impression qu’une fois le diagnostic posé, c’est plutôt l’omerta qui s’installe.
Que deviennent ces malades, que peut-on dire et que peut-on faire ? Tous ces sujets sont peu médiatiques et surtout souvent sans espoir. Pourtant, les chiffres sont têtus et ce sont des centaines, voire des millions de patients qui vont préoccuper nos confrères dans les années à venir. Et avec eux, tout le personnel soignant, les aidants et un entourage désemparé.
Nous allons essayer de donner un coup de projecteur sur cette face cachée, avec un spécialiste de cette maladie. Le docteur Stéphane Epelbaum est neurologue, spécialisé dans le diagnostic et la prise en charge des maladies à expression cognitive ou comportementale. Il travaille à la Pitié-Salpêtrière et collabore avec l’ICM, l’Institut du Cerveau et de la Moelle épinière.


Pour pouvoir accéder à cette page, vous devez vous connecter.