Certains acides gras font perdre la mémoire

Les acides gras trans, utilisés dans l'industrie alimentaire en tant que conservateurs, sont mauvais pour la mémoire, selon une nouvelle étude présentée au congrès de l'association américaine de cardiologie.

  • Par la rédaction
Mots-clés :
  • 20 Nov 2014
  • A A

    Vous n’avez peut-être jamais entendu parler des « acides gras trans ». Pourtant une nouvelle étude montre les dégâts que ces graisses - que vous consommez tous les jours sans le savoir - produisent sur votre mémoire.

    Ces acides gras insaturés « sont utilisés dans l'industrie agroalimentaire comme stabilisateurs et comme conservateurs », explique l’Anses. Ils empêchent donc les aliments de rancir, et on les trouve dans de nombreux produits alimentaires transformés comme les viennoiseries et la pâtisserie industrielle, les pizzas, les quiches…

    Pour cette étude, présentée lors du congrès de l’association américaine de cardiologie, les chercheurs ont demandé à 1000 hommes adultes de répondre à un questionnaire concernant leurs habitudes alimentaires. Ils ont ensuite dû passer un test de mémoire : chaque participant devait dire si le mot qu’on lui présentait était nouveau, ou s'il avait déjà été présenté auparavant. Les chercheurs ont découvert que la consommation d’acides gras trans étaient liée à une perte de mémoire chez les personnes de moins de 45 ans, et ce même en prenant en compte d’autres facteurs comme l’âge, la dépression ou l’éducation. Ceux qui consommaient le plus d’acide gras trans se rappelaient de 11 mots de moins !

    Favoriser le stress oxydatif

    Pour le professeur Beatrice Golomb, qui a dirigé l’étude, ces résultats s'expliquent ainsi : les acides gras trans favorisent le stress oxydatif, un processus destructeur de cellules, qui est associé avec les maladies cardiaques et le cancer. C'est ce stress oxydatif qui pourraient jouer sur la mémoire. « Dans une étude précédente, nous avions découvert que la consommation de chocolat, qui est riche en antioxydant, était lié à une meilleure mémoire chez les jeunes et les adultes. Dans cette étude, nous avons chercher à savoir si les acides gras trans, qui sont pro-oxydants, pouvaient entrainer l’effet opposé. Et c’est justement ce que nous avons découert », analyse Beatrice Golomb.

    Les acides gras trans sont aussi connus pour leur responsabilité dans les maladies cardiovasculaires et les problèmes de poids.

    Pour laisser un commentaire, Connectez-vous par ici.
    

    JDF