dans l’actu
médicale
>
>
Syndrome néphrotique : l’allongement de la corticothérapie initiale pas nécessaire
Pédiatrie

Syndrome néphrotique : l’allongement de la corticothérapie initiale pas nécessaire

L’allongement à 16 semaines du traitement corticoïde initial à forte dose ne réduit pas le risque de récidive ou de corticodépendance au cours du syndrome néphrotique de l’enfant. Il améliore peut-être la qualité de vie et n’aggrave pas les effets secondaires.
Syndrome néphrotique : l’allongement de la corticothérapie initiale pas nécessaire
Pour pouvoir accéder à cette page , vous devez vous connecter :