NASH : "La maladie est très mal diagnostiquée"

La NASH alarme les spécialistes, qui constatent une prévalence croissante au sein de leur patientèle. L'absence de symptômes précoces contribue à un diagnostic tardif, relève le Pr Victor de Lédinghen.

Pour pouvoir accéder à cette page, vous devez vous connecter.


JDF